Désorienté, la tête encore groggy par ce qu’il avait bu plus tôt, dans le noir, la main tendue et sentant un rideau, Franz, dix-huit ans, a écarté les rideaux et posé ses pieds sur le sol. La richesse d’un tapis sous ses pieds nus lui indiquait qu’il n’était pas dans la résidence de ses parents au-dessus de la boutique de reliure. Il n’y avait pas que ses pieds qui étaient nus. Il était nu. Où était-ce ? Pourquoi était-il ici ? Que lui arrivait-il ? Pourquoi avait-il mal “en bas” ?

Des bras ont émergé de l’intérieur de la courtine, tirant la jeunesse autrichienne sur le lit à baldaquin du seigneur dans sa chambre, située en hauteur dans le château des Alpes autrichiennes. Les rideaux se refermèrent, rendant le monde de Franz et du Freiherr – le baron – uniquement ce qui se trouvait dans les limites du grand lit à baldaquin – et le matelas sur lequel le baron prenait son plaisir avec le Franz drogué depuis un certain temps. En prenant à nouveau le jeune homme dans ses bras, pleinement aux commandes, et en mettant Franz à genoux, de la poitrine aux draps de soie, sous lui, la bite dressée de l’homme se glissa à nouveau dans le canal du jeune homme de dix-huit ans. Toujours une position différente, mais toujours la bite dure du baron dans le passage étroit du jeune homme. Le seigneur faisait beaucoup de sport en une seule nuit.

Tenant Franz totalement immobile, vulnérable à sa pénétration, le Freiherr recommença lentement à déplacer son puits enterré : dedans, dehors, dedans plus profond, retenir, en arrière, dedans, dehors. Le jeune homme se mit à gémir pour lui. Le coq se glissa facilement à l’intérieur du lubrifiant d’avoir été là avant, plus d’une fois, pendant la nuit.

Franz gémissait de la douleur d’avoir gainé sa première bite, mais il y avait du plaisir à cela aussi, à ne pas être le premier à avoir gainé la nuit, à être tenu tout près, à être embrassé dans le creux de son cou, à être recherché, son petit corps étant vénéré par le Freiherr dans son château de montagne. La conquête du Freiherr a été facilitée par le fait que Franz, bien qu’il n’ait pas été mis à l’épreuve jusqu’à présent, avait tendance à se coucher avec les hommes. Jamais on n’avait pensé, même avec la drogue, que le seigneur serait privé de son sport. Une fois que le baron avait vu le beau jeune homme dans le village et que Franz lui avait rendu son sourire et son regard d’intérêt, il était prédestiné que le seigneur le monte et lui retire sa virginité avec les hommes.

Franz s’exclamait devant la douleur des dents qui incisaient la carotide dans sa gorge, alors que l’épaisse tige l’alimentait, l’étirait, le travaillait. La douleur s’est atténuée en une sensation de ne faire qu’un avec le seigneur, un élu, un étourdissement et de légers palpitations dans le canal anal et au niveau de la gorge et la sensation de glisser sur les vagues, alors que ses hanches se balançaient, se déplaçant avec les lentes et profondes poussées de la tige du Freiherr. “Ja, ja, mein Liege-Oui, oui, mon seigneur”, chuchota Franz en signe de reddition alors qu’il était transporté vers des royaumes plus élevés et plus brumeux. Le jeune homme s’approcha de lui, saisit sa propre bite et caressa au rythme coordonné de la bite qui était en lui et de la succion de sa gorge.

Dans son propre ciel, le Freiherr prenait son plaisir avec sa bite et se nourrissait du sang rajeunissant du jeune homme à travers le creux de ses crocs. Les deux tombèrent dans un rythme mutuellement satisfaisant, Franz devenant plus étourdi, ses imaginations plus sensuelles, des sensations qu’il n’avait jamais eues auparavant, alors que le seigneur du château et de tout ce qui l’entourait l’embrassait de près, tenant la jeunesse sous lui, montée sur les hanches du jeune homme, le chevauchant haut. Au fur et à mesure qu’il faisait entrer et sortir son bâton enterré, en profondeur, à l’intérieur et à l’extérieur, le coq grandissait en taille et en longueur grâce à l’ingestion de nouvelles essences de vie. Le jeune homme gémissait en s’abandonnant à son nouveau plaisir sexuel, l’échange de fluides enlevant la douleur et permettant au plaisir de s’écouler, et la bite qui s’étirait, s’étirait, se déplaçait pendant que le Freiherr baisait et nourrissait, nourrissait et baisait. Franz a lentement perdu le contrôle de ses muscles, s’enfonçant dans l’étreinte du seigneur, abandonnant tout, alors que le seigneur le tenait près de lui, le suçant et le baisant, le baisant et le suçant.

Cela avait été facile pour le noble de l’ancienne famille, un homme riche, beau, perpétuellement à la recherche d’une trentaine de belles figures. Cela avait toujours été facile pour le Freiherr, depuis des centaines d’années. Il avait vu Franz lorsque le noble était assis dans le café en plein air sur la place du village, en train de siroter son thé à l’eau-de-vie. Le jeune homme de dix-huit ans était le fils du relieur. Il était petit, parfaitement formé, blond, et tout sourire, alors qu’il se promenait çà et là dans les rues du village, pour faire des courses pour son père – et il avait rendu le sourire au Freiherr.

Le jeune homme ensoleillé s’était montré plein d’innocence et ouvertement amical, sans suspicion ni réserve. La deuxième fois que le Freiherr a vu le jeune homme sur la place, il a invité Franz à s’asseoir avec lui au café, à boire un chocolat avec le patron du village et à discuter de la vie d’un jeune homme dans la ville, à l’ombre du château. Le noble avait appris que Franz savait aussi relier des livres et qu’il serait bientôt seul, envoyé chez les gens pour travailler sur leurs livres pendant que son père et son frère aîné travaillaient dans le magasin de la place. Le Freiherr lui a parlé de sa propre bibliothèque au château et de la nécessité d’y relier certains de ses livres préférés. Le jeune homme pensait-il pouvoir y arriver ? Son père l’autoriserait-il à travailler dans le château ? Si oui, il devrait vivre au château pendant qu’il travaille.

Le père était d’accord. Le père était honoré. Oui, il comprenait qu’il y avait beaucoup de travail obligatoire à faire au château et cela pourrait signifier que Franz entrerait définitivement au service du Freiherr. Le père était d’accord avec cela aussi. Franz était son deuxième fils. Il avait atteint sa majorité et il était temps qu’il se mette à son compte. Le premier fils héritera de l’entreprise. Le père s’était inquiété d’un placement pour Franz. À dix-huit ans, même si Franz était petit, il était temps qu’il se crée une vie à lui. La proposition du Freiherr était une aubaine.

Cette nuit-là, dans le château, le noble montra à Franz sa vaste bibliothèque et lui fit comprendre la tâche qui attendait le jeune homme – pas la véritable tâche que le Freiherr avait prévue pour la petite et jeune beauté, la tâche pour laquelle le jeune homme avait été engagé. Pour passer au plan plus profond du seigneur, il suffisait d’une drogue dans le chocolat de Franz, alors qu’ils parlaient des livres et de leurs reliures. Le baron vola l’innocence et la virginité de la jeunesse au coq d’un homme qui se trouvait là, dans la bibliothèque, sur un canapé, incapable de se retenir jusqu’à ce qu’il puisse porter le jeune homme à l’étage.

Drogué dans une docilité totale, le jeune homme n’a pas pu se défendre. Franz murmura des questions auxquelles le baron ne répondit pas alors qu’il s’adonnait à son plaisir. Mais le Freiherr aurait presque souhaité qu’il se défende un peu.

Le jeune homme devint de la pâte à modeler dans les mains du seigneur, son corps complètement ouvert et vulnérable. Seul son visage montrait l’expression de la confusion, d’une légère peur, de la douleur et de la passion, tandis que le Freiherr caressait, caressait et embrassait son corps nu, vulnérable et magnifiquement souple – et finalement le montait, le pénétrait et le baisait sans pitié et totalement, le baisant avec une pénétration profonde et les coups vigoureux d’un homme viril et luxurieux même la première fois.

Le Freiherr fit rapidement déballer le jeune homme et l’allongea sur le canapé. Son corps était parfait, beau, blanc d’albâtre, sans tache. Le noble tremblait et fredonnait en travaillant, laissant ses mains glisser sur la peau souple et résistante, explorant les courbes et les crevasses. Le jeune homme grimaça alors que ses doigts trouvaient et entraient dans son bouton de rose d’anus et s’efforçaient de l’y ouvrir. Mais lorsque le Freiherr a levé ses mains entre les cuisses du garçon et les a amenées à se séparer après l’avoir embrassé et caressé, Franz a soupiré, a ouvert ses jambes et lui a courbé le dos.

“Bezaubernd. Süss-Lovely. Doux. Ich werde dich fricken-I will have you”, chuchota le baron. Ce n’était pas une question, et Franz n’était pas en désaccord.

Le seigneur était en érection et palpitant, et le jeune homme ouvert, vulnérable et cédant, si bien que peu de temps fut consacré aux préliminaires. Déshabillé, le Freiherr embrassa Franz sur le torse et sur le ventre. Le jeune homme lui cède alors qu’il positionne les jambes de Franz au-dessus de ses épaules, place un oreiller sous le dos du jeune homme pour élever son bassin, prend brièvement la bite du jeune homme dans sa bouche, puis se déplace plus bas pour embrasser le bouton d’or d’une entrée du jeune homme et le pénétrer avec sa langue. Franz gémissait et balançait doucement ses hanches, tandis que le Freiherr se couchait sur lui sur le canapé, soulevait et déplaçait doucement les genoux du jeune pour les accrocher à ses hanches, et glissait ses propres genoux jusqu’à l’endroit où il se trouvait entre les cuisses de Franz et où sa tête de bite était en position.

En tenant sa queue droite, le Freiherr tenait le bulbe de sa bite à l’entrée du jeune homme qui se dilatait lentement et le pénétrait résolument. Le jeune drogué se tordait un peu, haletant et pleurant alors que le seigneur le poussait lentement à l’intérieur de lui, étirant le passage virginal du jeune, les yeux de Franz s’écarquillant de douleur, de surprise et de confusion. Franz parvint à murmurer “Bitte, bitte-Please, please”, mais le Freiherr interpréta cela comme signifiant ce qu’il souhaitait et se mit à prendre son plaisir de la vierge.

Il n’y eut aucune résistance. Une fois sellé, le noble commença à bouger son bâton, à entrer et sortir, à entrer et sortir, et après des sanglots initiaux et de lourds halètements, Franz s’installa pour accepter l’invasion et prendre un peu de plaisir au milieu de la douleur de cette invasion extraterrestre. L’échange de fluides corporels dans les baisers du Freiherr imprégna le garçon d’une essence propre à ce qu’était l’homme qui couvrit la douleur de l’acte avec l’euphorie et le plaisir de la proie. Même s’il n’était pas totalement inconscient, qu’il avait le sentiment de ce qui se passait et qu’il avait certainement ressenti une grande partie de la douleur et un peu du plaisir, Franz n’a jamais pensé une seule fois à remettre en question le droit du Freiherr de lui prendre ce qu’il voulait. Le noble n’a pas remis cela en question non plus. Il ressentait son droit et prenait ses plaisirs comme il le souhaitait.

La caresse du coq augmenta en intensité et en profondeur. Le baron serra Franz contre lui et se mit à prendre son plaisir avec des coups aussi puissants et profonds que s’il se servait d’une des putes du bordel du village plutôt que de lui voler la virginité d’un jeune homme. Le baron perdit tout contrôle et toute considération pour les gémissements et les sanglots du jeune homme et le prit totalement, même cette première fois.

Le Freiherr devint prudent vers la fin, se retenant, savourant sa première fois avec le jeune homme. Il ne s’est pas nourri cette fois, cette première défloraison de la jeunesse. L’alimentation l’a engendré dans des proportions gigantesques et ce serait dangereux pour cette première prise de la jeunesse. Il a tenu ses appétits en respect et s’est contenté de savourer Franz avec sa bite, donnant au jeune sa première baise anale, tandis que Franz, entrant dans un nouveau monde, s’émerveillait de l’expérience sous ses yeux. En arquant la tête en arrière, en enfonçant ses talons dans le coussin du canapé du mieux qu’il pouvait dans son état de drogué, et en faisant sauter son bassin jusqu’à l’aine du seigneur, les yeux de Franz clignotèrent et sa bouche s’ouvrit en un hurlement bâillant et silencieux, murmurant “Ja, ja, ja”, tandis que le Freiherr se relâchait, le jeune expérimentant le premier flux de sperme chaud au plus profond de son corps. Le sperme chaud coulait et coulait. Le Freiherr était toujours jeune, suprêmement viril, entièrement chargé, et ce serait une sensation de plaisir que Franz ressentirait encore et encore tout au long de la nuit.

Après la première prise, le Freiherr rassembla le jeune homme dans ses bras et l’emmena à l’étage dans la chambre du seigneur, près du sommet du château, pour une nuit de plaisir – le plaisir du Freiherr, un plaisir qui s’étendait au-delà du travail du coq pour inclure la nourriture. Mais il faisait attention à celui-ci. Le beau jeune blond de dix-huit ans était un gardien. Un gardien pour l’éternité. Si le baron ne pouvait pas mourir, il ne souffrirait pas seul de cet état.

Dans le lit à baldaquin, les rideaux tirés, créant un monde juste pour eux deux, le Freiherr atteignait son plaisir ultime. Allongé sur le Franz cédé, les jambes du jeune homme écartées, le bassin surélevé, les bras tendus dans une pose sacrificielle, totalement ouvert à l’arbre qui bougeait au fond de lui, le baron conquérant a plongé son visage dans le creux de la gorge du jeune homme, l’a embrassé là, a tranché une artère palpitante avec ses dents acérées et l’a nourri.

Confession porno Préférence de gay :
Endroit de préférence pour le sexe :