OK, je suis un peu pompette. Le dîner s’était transformé en boisson avec Sarah, Tim et leurs conjoints, et il était bientôt minuit passé. Nous ne nous étions pas vus depuis un moment, et qu’y a-t-il d’autre à faire ici ? C’était le vendredi suivant Thanksgiving, enfin maintenant samedi je suppose, et après deux longues journées avec mes parents, ma sœur Julie et ma tante Renée, j’escaladais pratiquement les murs pour m’échapper. La plupart des années, je serais déjà rentré à Philadelphie, mais demain soir, c’était la réunion des dix ans de mon lycée, alors j’étais un peu coincé.

Plutôt que d’appeler un Uber chez moi, je commence à marcher dans la rue Maple, dans le quartier historique. Même après un repas de quatre heures, et plus que quelques margaritas, je n’étais pas encore prêt à rentrer chez moi. Je passe devant quelques bars et restaurants encore animés par le bruit de l’après-vacances, mais j’avais eu ma dose de voisins et de vieux camarades de classe qui me disaient : “Andy Fisher, c’est toi ? (c’est Andrew maintenant, merci beaucoup), au moins jusqu’à demain, alors j’ai continué à marcher jusqu’à la partie croulante du quartier historique.

Le voyant “h” de “Murphy” s’était éteint et l’odeur de bière éventée se répandait même dans la rue. J’ai ouvert la porte pour trouver une foule maussade, buvant tranquillement, jouant une partie de billard sans enthousiasme dans le coin, ou simplement regardant avec étourdissement les retransmissions de football à la télévision près du bar. Pas une seule personne dans le pub mal éclairé ne semblait avoir moins de quarante-cinq ans. Parfait.

J’ai pris un tabouret à l’extrémité du bar où il n’y avait pas de télévision, et j’ai attendu pour commander un whisky ou quelque chose. J’allais avoir une sacrée gueule de bois demain, mais c’était une excuse parfaite pour rater le brunch et la conférence de tante Renée, en mille parties, sur les raisons pour lesquelles le monde allait en enfer.

Je sors mon téléphone, et je commence à faire défiler mon esprit absent, quand je sens la présence du barman devant moi.

“Jack and Coke please”, ai-je dit, sans lever les yeux. Je pose un billet de vingt et je continue à faire défiler.

“Andy Fisher, c’est toi ?”

Putain de merde.

J’ai levé les yeux, me demandant qui je connaissais qui fréquentait cette décharge… Oh mon Dieu, c’est Kyle Howard.

Kyle Howard, putain. La star de la plupart de mes fantasmes de branleur au lycée. Mister Jackson High lui-même.

Je cligne des yeux un instant, en le regardant. La dernière décennie avait été bonne pour lui. Vraiment gentille. Il s’était un peu rempli, mais une barbe bien taillée ne cachait pas sa mâchoire américaine, et bon Dieu, ce t-shirt noir s’accrochait à la vie. Il n’avait peut-être pas les abdominaux parfaits du lycée, mais ses bras étaient encore plus épais que dans mes souvenirs. Et ce petit tatouage en damier sur son biceps…

“Du lycée de Jackson ?”

Oh merde, j’étais juste en train de fixer, “Ouais. Kyle, c’est ça ?”

Il a souri, “En ville pour les retrouvailles ?”

Je lui ai fait un signe de tête : “Ouais, je me suis dit que rester après Thanksgiving était logique. Et toi, t’es toujours dans le coin ?” Merde. Toujours ? On aurait dit qu’il ne pouvait pas s’échapper.

Il a secoué la tête, “Nan, mon oncle était un peu à court de personnel, alors j’ai décidé de participer en souvenir du bon vieux temps.”

“C’était gentil de ta part. Où est la maison ?”

“Oh, je suis à Philadelphie, et toi ?”

“Oh… euh… pareil.”

“Ouais, tu es allé à Penn, non ?”

Je cligne des yeux, Kyle Howard avait été le quarterback vedette, et le putain de roi du bal. Connaître mon nom était une assez grande surprise, mais en fait, tu te souviens où j’ai été à l’école ? “Ouais. Tu es allé à NC State, non ? Pour… le football ?”

Il fait un sourire triste : “UNC en fait, mais oui, j’y ai joué au football pendant les deux premières années. Je vais te chercher ce verre.”

Oh, merde. Il y avait une histoire là, j’ai essayé de m’en souvenir, mais mon cerveau margarita n’arrivait pas à l’assembler. J’en étais à un tiers de mon Jack and coke, quand j’ai réalisé que je pouvais probablement juste le googler. Bien sûr, Kyle était sur le terrain depuis sa deuxième année, mais il a dû arrêter après une blessure. Il a fini par jouer dans une école de deuxième division, mais j’ai un peu louché en essayant de comprendre les subtilités du football universitaire.

Quand j’ai fini mon verre, j’ai eu le courage de reprendre la conversation : “Alors, que faites-vous quand vous ne servez pas de boissons chez Murpy’s ? J’ai un peu gloussé.

Il s’est mis à grogner et a roulé des yeux : “Je suis content de ne pas être le seul à l’avoir remarqué. Je travaille dans la finance, et vous ?”

“Oh, tu sais, s’asseoir derrière un écran d’ordinateur et faire danser les données correctement.”

“Est-ce que ça vous plaît ?”

“Ouais… c’est plutôt bon”, il a apporté un autre whisky-coca, je n’en avais pas encore commandé, “Alors… je suis un peu surpris que vous vous souveniez de moi.”

Il hausse les épaules, “Vous étiez l’un des seuls gars à être sorti au lycée. C’est dur de l’oublier.”

“Ouais… je suppose,” ah oui, ma seule prétention à la gloire. Malgré cela, j’avais réussi à garder un profil assez bas, la plupart du temps.

“Ça a probablement rendu le lycée assez nul.”

J’avais évité tout ce qui avait trait au théâtre ou au sport, pour ne pas me faire taquiner par des “Eh, ça aurait pu être mieux”.

“Eh bien, je suis désolé si je t’ai dit ou fait quelque chose de merdique.”

Je secoue la tête, “Non, tu ne l’as jamais fait.”

Il sourit, “Je suis un peu surpris que tu veuilles aller à la réunion.”

Je hausse les épaules : “Il y a des gens que je voulais rattraper. En plus, je ne fais pas vraiment de médias sociaux, donc je n’ai aucune idée de qui s’est écrasé et a brûlé au cours de la dernière décennie.”

Kyle glousse : “Je suis divorcé, donc je compte probablement là.”

“Oh merde mec, je suis désolé.”

“Eh, c’était une idée stupide de se marier à 20 ans. Encore plus stupide quand c’est ton coeur de lycéen.”

Bon sang à ce rythme, je devrais reconsidérer l’idée d’aller demain, “Eh, au moins tu as tous tes cheveux.”

“Ouais”, il sourit, “Attends de voir Bryce demain, j’ai essayé de le convaincre de se raser la tête pendant les six derniers mois”, Oh ça allait être incroyable. Bryce est définitivement tombé dans la rubrique homophobe des connards de lycée : “Tu as de la chance, tu es encore plus beau maintenant qu’au lycée.”

Quoi ? J’ai toussé, “Euh merci, j’ai commencé à aller à la gym à la fac.”

“Ça se voit, en plus tu as pris un peu de style.” Il se souvenait bien de moi au lycée ?

“On ne peut pas tous enlever le t-shirt noir à peine contraignant, le look “mes muscles”.” Oh mon Dieu, le Jack Daniels a détruit mon filtre. J’espère que le rouge de mon visage cache mon blush.

Improbable, Kyle a juste souri et a fléchi un bras. Je regarde les pions de son tatouage bouger comme un drapeau à une course de dragster. Quelqu’un de l’autre côté du bar appelle, et il va les aider. Je ne peux pas m’empêcher d’apercevoir rapidement un cul très galbé.

Il est une heure passée, j’ai réussi à garder la meilleure adhérence sur un cul éméché sans me retourner en pleine cuite. OK, je suis un peu soûl. La plupart du bar s’est vidé, à l’exception de quelques traînards qui discutent dans un coin.

“Hé euh… je peux avoir de l’eau ?”

“Tu ne conduis pas, n’est-ce pas ?” Les sourcils de Kyle se plissent.

“Non, mais je préfère ne pas arriver à la maison complètement défoncé.”

“Ouais, la dernière fois que j’ai aidé ici, j’ai vomi dans les buissons de mes parents.”

“Tu bois pendant le travail, c’est ça ?”

“Eh bien, je ne sers que pour les pourboires. Le reste, mon oncle me le paie en boissons.” Kyle regarde autour de lui, passe sous le bar et me verse de l’eau et lui-même un bourbon.

Nous nous réjouissons de nos boissons, et nous sentant un peu plus aventureux, ou ivre (probablement ivre), je lui dis : “Alors, vous avez des enfants ?”

“Oh mon Dieu, non. Lisa en a maintenant, à ce qu’on m’a dit. Elle s’est déjà remariée”, il fait une grimace avant de prendre une bonne lampée, “Et toi ?”

“Eh bien, je n’en ai pas adopté, et peu importe mes efforts, je ne peux pas tomber enceinte.”

Le regarder se dissoudre dans des rires était à la fois adorable, et très sexy, “Ouais, c’est définitivement un avantage. Même si je n’en ai pas eu depuis des mois, je ne suis pas vraiment en danger.

“Toi ? Ça, je n’y crois pas.”

Il hausse les épaules : “Je travaille beaucoup et je ne sors pas beaucoup ces jours-ci.”

“Allons, les hétéros n’ont-ils pas comme une charnière ou un fer à repasser ou autre chose ?” Je renifle : “Si tu étais gay, tu aurais besoin d’une photo sans chemise, sur une application pour que les mecs fassent la queue dans le quartier.”

“Vraiment ?”

“Ouais, je veux dire, tu t’es regardé ?” Oh mon Dieu, qu’est-ce que je fais ?

Il sourit, et je me souviens que le visage à fossettes qui s’est rempli m’a fait perdre la tête la plupart des nuits à 17 ans, “Merci. Mais je ne sais pas, ça fait bizarre d’envoyer un message à quelqu’un à l’improviste. Je n’ai pas vraiment eu de rendez-vous depuis le divorce. Comme si je ne savais plus vraiment comment faire.”

“Eh bien, je suis sûr à cent pour cent que si tu te montres demain en portant quelque chose de serré, au moins une personne va se jeter dans ta direction. Merde. Je t’emmènerais tout de suite derrière si tu…” Je me tais, je n’aurais pas dû prendre ce dernier verre, “Woah, écoute mec, je suis vraiment désolé, je…” Je commence à me lever.

Il a posé sa main sur la mienne, “Andy, ne t’inquiète pas. Je ne suis pas offensé”, il me regarde, les yeux marron foncé brillants, “honnêtement, j’apprécie le compliment.”

Mon cerveau est flou, et pas à cause de l’alcool, “Euh, de rien”. Je ne voulais quand même pas…”

Il glousse : “C’est bon. Honnêtement ? J’ai toujours été un peu jaloux des gays. Ça semble juste plus facile, tu sais ?”

Je hausse les épaules : “Eh bien, il y a des hauts et des bas. Mais, oui, c’est assez facile de sortir avec quelqu’un, même si certains gars dansent encore autour.”

“Ah oui ? J’ai l’impression que les filles doivent faire ça aussi pour sauver les apparences parfois. Avec les mecs, qu’est-ce qu’il faut faire pour être sûr qu’ils comprennent ?”

“J’essaie juste d’être honnête. Hah, je veux dire… Je leur demande surtout s’ils veulent faire l’amour.”

Kyle se tut un moment, “Ça ne me dérangerait pas d’essayer, si tu es partant.”

“Je suis désolé, et maintenant ?”

La voix de Kyle était basse, “Tu veux faire l’amour ? Je veux dire, tu as l’air de bien m’aimer, et même si je n’ai jamais été avec un mec, j’y ai toujours pensé.”

Je me fige comme un cerf dans les phares, alors que tout s’est mis en place. Bon sang, Kyle Howard, tu es un sacré bonhomme de neige. J’ai souri, “Putain oui”.

Il y a un sourire satisfait sur son visage, il a tendu un doigt, “donnez-moi dix minutes, et profitez de votre eau.”

Kyle est passé de l’autre côté du bar, a éteint la télé et allumé les lumières. Les derniers ivrognes clignotent clairement avant de se précipiter dans la nuit. Alors que les portes se fermaient, je me suis rendu compte que j’étais seule avec lui dans le bar.

“Alors… euh… je n’ai pas vraiment d’endroit où aller”, dit-il lentement. La lumière a rendu les choses un peu plus réelles, et j’attends qu’il réalise soudainement que c’est fou et qu’il me pousse dehors.

“Moi non plus.” Je me mords la lèvre, je suis dur comme de la pierre, “Est-ce que quelqu’un va se montrer ici ?”

Kyle secoue la tête et sort de derrière le bar. Il ne semble pas aussi grand qu’au lycée, mais il fait toujours plus d’un mètre cinquante. Je veux dire, c’est toujours un putain de joueur de football, “Et maintenant ?”

Je me suis dirigé vers lui : “On peut faire tout ce qui te convient.”

Kyle enlève nonchalamment sa chemise, et la jette sur le bar. Je n’ai que quelques secondes pour apprécier la forme de ses épaules, de ses pectoraux, et l’éclaboussure de poils sur sa poitrine et ses abdominaux encore très définis, avant qu’il ne se pose sur moi. Il saisit ma chemise et, d’un mouvement fluide, la tire au-dessus de ma tête. Je le regarde étudier ma poitrine pendant un moment. Va-t-il se réveiller ? Le suis-je ? Unf !

Ses bras étaient autour de moi et m’ont entraîné dans un baiser. Il y a là un peu de désespoir sauvage, alors que je le sens presser sa bouche dans la mienne, son souffle chaud sur mon visage. Il enfonce ses mains dans mon dos, et je sens son érection à travers son jean. Je ne peux pas m’empêcher de gémir doucement. C’est vraiment en train de se produire, putain.

Ses baisers se pressent sur le côté de mon menton, et le long de mon cou. Je sens sa bouche, et un soupçon de dents. J’ai le souffle coupé.

“C’est trop ?”, me murmure-t-il dans l’épaule.

“Non, continuez.”

Il grogne doucement en embrassant ma poitrine, je le sens sur mon mamelon. Au début, il suce, mais ensuite il mord doucement. Mes genoux sont un peu faibles, mais ses bras me maintiennent debout. Il continue à travailler sur ma poitrine, et j’ai réussi à mettre la main sur le bouton de son jean.

Et voilà ! Je les pousse, et je sens sa bite sortir de son caleçon. Il s’arrête un instant, et les tire vers le bas, au-delà de sa cuisse, et je peux sentir sa chaleur sur ma peau.

Mes mains saisissent sa bite et lui donnent quelques coups rapides. Je sens ses hanches pousser vers moi. Mes mains commencent à devenir collantes avec le prématuré. Je continue, et je sens qu’il frissonne légèrement, et je tire vers le haut pour prendre de l’air, après avoir travaillé sur ma poitrine.

C’est l’occasion rêvée, je lui souris et je m’enfonce devant sa bite. Kyle est assez long, et la canette de bière est épaisse. Je lui lèche la tête en tourbillonnant et je l’entends respirer. Lentement, je m’enfonce dans sa bite, une main se posant sur sa hanche, l’autre lui saisissant les couilles. Son souffle devient irrégulier, alors que je descends le plus loin possible, mon nez enfoui dans ses poils pubiens. Il se pousse jusqu’au dernier centimètre, et je dois me détendre pour ne pas avoir de haut-le-coeur. Mon Dieu, ça fait un moment pour moi aussi. Je m’éloigne, en prenant une rapide respiration, avant de revenir. Mes mouvements sont lents pour le moment, mais je sens les mains de Kyle de chaque côté de ma tête qui me retiennent.

Je n’ai pas l’habitude de baiser le visage, mais il n’est pas du genre à faire du porno. Au lieu de cela, il me donne des coups réguliers et lents dans la gorge, ce qui me laisse assez de temps pour me préparer. Je lève les yeux et je vois ses yeux fermés, la tête en arrière. Sa magnifique poitrine se soulève avec de lourdes respirations. Je passe mes doigts sur ses couilles, elles ne se sont pas relevées, j’ai donc un peu de temps avant qu’il n’arrive. Mais, quand je le sens frissonner, je sais que ce n’est pas grand-chose.

Je pose une main sur ses abdominaux, et il s’arrête. Je lui donne un dernier coup de langue avant de le tirer vers le haut pour prendre de l’air. Je n’ai qu’une ou deux secondes pour respirer et il m’embrasse à nouveau. Il défait mon jean et le pousse jusqu’à mes chevilles. Je sens ses doigts tirer sur mon slip, et je glisse dans ses lèvres : “Hé, ça, c’est cher”.

Il rit, et d’autres le tirent doucement vers le bas. Ma bite se libère et il commence à la pomper avec sa main presque immédiatement. Je soupire et je me laisse aller dans ses bras. Mes doigts commencent à tracer les muscles de sa poitrine, et je tire sur son mamelon. Cela brise son rythme avec un frisson, et c’est une invitation suffisante pour moi, je plonge sur sa poitrine, embrassant, suçant, et grignotant mon chemin entre ses pectoraux.

Je sens sa bite bouger dans ma main, alors que je lui mords doucement le mamelon. J’augmente la pression, et je suis récompensée par un gémissement. Huh. Je n’aurais jamais imaginé que Kyle Howard ait un petit penchant pour lui. Je continue à travailler sur ses tétons, et je tire doucement sur ses couilles. Il halète et j’ai l’impression que sa bite me déborde sur tout mon avant-bras.

Je continue à travailler, jusqu’à ce que je l’entende me murmurer à l’oreille : “Je me rapproche.”

Je m’éloigne immédiatement et j’admire la constellation de petites marques rouges sur la poitrine. Il reste là, haletant un instant, “Putain de merde”, me chuchote-t-il.

“Tu veux toujours baiser, ou tu veux finir comme ça.”

Il sourit, et met une main sur mon cul et me serre fort. Je ne peux pas m’empêcher de sourire, et de cracher dans ma main avant de lui donner un dernier coup de queue.

Il me retourne, et je sens de la salive chaude sur mon trou. J’essaie de séparer mes pieds plus largement, mais mon jean est serré autour de mes chevilles. Malgré son apparente brutalité, je le sens poser doucement sa bite sur mon cul et me passer la main sur la poitrine.

Je me penche un peu plus en avant et je le guide vers moi. Dieu merci, j’ai bu. C’est dur au début, c’est l’un des mecs les plus costauds avec qui j’ai jamais été. Mais je me sens céder, et il prend une lente série de coups.

La sensation me fait fléchir les genoux, mais j’arrive à rester debout. À chaque poussée, je le sens aller plus loin, et mes orteils se recroquevillent dans mes chaussures. Nous continuons pendant un moment, et je sens ses mains contre mes hanches, qui courent sur ma poitrine. Ma bite reste intacte, et je saisis une de ses mains et la place là. Il comprend l’allusion et commence à bouger sa main lentement, ce qui est plus que suffisant pour me faire gémir quand mon corps bouge d’avant en arrière.

Kyle grogne doucement, et je sens la main sur ma poitrine contre mon menton, il me tire contre lui et commence à accélérer. Je fais un bruit très indigne, alors qu’il commence à m’embrasser le cou. La sensation de sa barbe sur mon épaule, les bruits qu’il fait en me frappant, c’est enivrant. J’essaie de me concentrer, de lui caresser le bras, de faire quelque chose, mais je ne peux pas m’en empêcher. Le mieux que je puisse faire, c’est de rester debout alors que des vagues tremblantes roulent sur moi.

Il ralentit, mais maintenant il se retire presque entièrement, avant de pousser jusqu’au bout. Son bras est la seule chose qui me permet de rester debout, car je fais de mon mieux pour répondre à ses poussées.

Chaque fois qu’il atterrit chez lui, il y a des étoiles. C’est le plus dur que j’ai jamais connu depuis des années. Mes gémissements, mes malédictions, tout ça s’est complètement dissout en un long son. Mon Dieu, j’ai l’air ridicule, mais je n’y peux rien.

Kyle commence à gémir, et je peux sentir sa bite faire tic-tac en moi. Il se rapproche. Quand il arrive, je peux sentir la pression, la chaleur, et je ne peux pas m’en empêcher. J’arrive dans sa main, et sur le sol. Il n’arrête pas de me pousser même après avoir éjaculé, et mon orgasme continue de rouler. Je frissonne et je tire une dernière fois, et je m’effondre pratiquement.

Il s’éloigne de moi en haletant, et nous deux, les pingouins, marchons, appuyés contre la barre, juste assis là pour essayer de reprendre notre souffle. Ses yeux sont écarquillés, “Putain, c’était le meilleur sexe que j’ai jamais eu.”

“Ouais”, je hoche la tête, “c’était… c’était pas ce à quoi je m’attendais.” J’éclate de rire.

Ses arcs de sourcils : “Quoi ? Ce n’était pas bien ?”

“Putain, tu te fous de moi ? C’était incroyable. Je ne vais pas mentir, l’idée de coucher avec toi m’a traversé l’esprit plus d’une fois. Ce n’était pas ce que j’imaginais en tant qu’adolescente.”

Maintenant il commence à rire, “Vraiment ? Parce que quand j’étais au lycée, c’est en gros ce que je pensais faire.”

A ce moment-là, je me suis effondré sur le sol. Il se penche sur moi pour voir si je vais bien, et je le tire sur moi. Il est collant, je suis collant, le sol est dégoûtant, mais je m’en fiche. Je l’embrasse à pleine bouche, avant de continuer à secouer la tête et à rire.

“Quoi ?”

“Dix ans de retard, c’est mieux que jamais. Maintenant, rattrapons le temps perdu.”

Rattraper le temps perdu Préférence de gay :
Endroit de préférence pour le sexe :