Il était le fils unique d’un gentil couple de la classe moyenne, un peu gâté et dodu, mais avec un petit physique, souvent appelé “petit gars” par son père. Aujourd’hui, sa mère est allée faire des courses et il a eu la maison pour lui tout seul.

Stevie s’est déshabillé jusqu’à son slip blanc et s’est regardé dans le miroir. Il avait grandi un peu au cours de l’année écoulée, mais il était encore léger par rapport aux garçons de son âge. Sa poitrine lisse montrait des côtes sans muscles. Son slip était à peine bombé et il se touchait. Il avait vu ses camarades dans les douches de l’école après les cours d’éducation physique, et il pouvait dire qu’il n’était pas aussi béni qu’ils l’étaient en bas.

Il se frottait la bite et commençait à se redresser, étirant à peine ses sous-vêtements. En soupirant, il s’est retourné et est sorti de sa chambre pour aller dans le couloir qui mène à la chambre de ses parents. Il aimait la sécurité et le confort de cette chambre avec son grand lit, ses lourds rideaux et ses autres meubles. En entrant dans la chambre, il sentait l’odeur de lavande que sa mère aimait tant. Il remarqua sa chemise de nuit rose à lacets sur le lit et il passa respectueusement sa main dessus, sa bite de garçon frémissant.

Stevie ouvrit le tiroir du haut de la commode qui faisait face au lit. Les sous-vêtements de son père étaient tous propres et pliés. Il ramassa le caleçon du haut, celui à rayures blanches et bleues. En le pressant sur son visage, il a absorbé l’odeur du détergent, si virile, si différente de la féminité de sa mère. Il avait vu son père dans ces boxers à plusieurs reprises. Il avait remarqué le pénis et les couilles de l’homme qui se balançait alors que son père se déplaçait dans la maison à moitié nu. Il avait senti des remous dans son aine en regardant le pénis bombé de l’homme et avait honteusement détourné les yeux de peur que son père ne le remarque.

Pourquoi n’a-t-il pas été doté d’un grand organe comme son père ? Il était encore jeune, c’est vrai, mais il n’était pas naturel que son pénis ait la taille d’une cacahuète. Quelle taille aurait la bite de son père en érection ?

Stevie ressentait des picotements dans l’aine lorsqu’il frottait la paire de boxers sur son visage, l’image de son père à moitié nu était vive dans son esprit, la poitrine poilue et masculine de son père, son entrejambe renflé et ses couilles qui se balançaient, ses cuisses musclées. Stevie a touché sa petite bite, dure comme de la pierre et lancinante.

Remplaçant les boxers, le gamin a ouvert le tiroir de droite. La lingerie de sa mère dégageait encore plus de parfum de lavande lorsqu’il touchait la culotte soyeuse. En fouillant, sa main a attrapé quelque chose de dur. Ce qu’il en a retiré l’a époustouflé.

Le cœur battant, Stevie a tenu le gode noir dans sa main, le regard fixe. Il était énorme. Epais, long, brillant, ondulé et dur. Il l’amena lentement jusqu’à sa poitrine décharnée, frottant la tête en forme de champignon sur ses petits tétons, le soulevant, le faisant glisser jusqu’à sa bouche, en faisant claquer sa langue sur la tête. Comme dans un rêve, à genoux, il s’est mis à tituber jusqu’au lit de ses brevets et s’est assis sur le bord. Il pouvait à peine entendre ses gémissements alors qu’il enroulait ses lèvres autour du bouton noir, s’étouffant immédiatement.

Tenant le gode noir par ses boules rondes, Stevie a fait courir la tête le long de son corps et l’a enfoncée dans son slip en la pressant sur sa petite bite, en frottant, en fermant les yeux. Lentement, en écartant ses fines cuisses, il a introduit le gode dans sa fente. Ses fesses se serraient sur l’épaisseur en frottant le gode de haut en bas de sa fente. En amenant la tête à son trou plissé, il a appuyé. Soudain, le garçon s’est soulevé et s’est cogné contre le bouton en plastique lisse et ce qui est sorti de sa bite de garçon quelques secondes plus tard était de longues cordes de jeune sperme.

En tirant sur le gode, Stevie a léché le sperme de son pénis, les yeux encore fermés, la poitrine enflée. En haletant, il a commencé à penser plus clairement. Que faisait cette chose dans le tiroir de sa mère ? Parmi ses sous-vêtements ? Son père le savait ? Ou approuvait-il ? Qu’est-ce que c’était ? Son jeune esprit ne pouvait pas décoder toutes ces questions.

Entendant la porte d’entrée s’ouvrir, Stevie essuya rapidement le gode, le remplaça et se précipita dans sa chambre pour changer ses slips souillés.

“Stevie, chéri ?” sa mère a appelé d’en bas.

Il pouvait à peine répondre. En avalant, il croassait : “Je suis en haut, maman.”

“Tu peux descendre et m’aider avec ces sacs, chéri ?”

Stevie a rapidement enfilé son short et un t-shirt et est descendu. Sa mère l’a regardé entrer dans la cuisine en posant les sacs sur le comptoir. Le garçon était anormalement rouge.

“Chéri ? Est-ce que ça va ?”

“Ouais, maman”, marmonna Stevie.

“Oh, mon Dieu. Viens ici. Tu as l’air d’avoir de la fièvre.”

Il s’est approché en hésitant, se demandant si sa mère pouvait sentir son sperme. Elle lui a touché le front.

“Étrange. Tu n’as pas l’air d’avoir de la température. Tiens. J’ai apporté du jus d’orange.”

Elle lui a versé un verre. “Assieds-toi et bois ça. Tu n’as pas l’air bien, chérie.”

“Je vais bien, maman.” Il a avalé le jus, juste conscient de sa gorge desséchée.

Qu’allait-il dire à sa mère ? Qu’il avait trouvé un énorme gode noir dans son tiroir ? Parmi ses affaires ? Qu’il avait tiré un coup de feu alors qu’il pressait sur son cul ? Qu’il avait sucé le sperme de son fils sur son bouton ? Qu’il avait vraiment, vraiment apprécié ?

Il s’est couché cette nuit-là, totalement désorienté. Pourquoi n’avait-il pas une si grosse bite ? Il serait populaire. Sa mère avait l’air d’aimer les grosses bites. Son père en avait apparemment une aussi. Les images du gode noir et du papa qui se balance se profilaient dans sa tête. Il souhaitait, oh comme il souhaitait. Il souhaitait avoir une grosse bite. Pas noire, bien sûr, il a ricané, cachant sa tête sous la couverture. Oui, une grosse bite, ce serait merveilleux. Stevie ferma les yeux, si fort qu’il avait mal, comme il le souhaitait.

Il s’est réveillé tôt, sentant le bois habituel du matin. Sauf que ce n’était pas si habituel. Il y avait un poids dans son entrejambe qu’il n’avait pas l’habitude d’avoir. Il a levé la tête et a regardé son corps chétif recouvert par le drap de lit. Ses yeux s’écarquillaient lorsqu’il a discerné le drap bombé. D’une main tremblante, Stevie a soulevé le drap et a regardé son entrejambe. Son slip était massivement tendu, et il pouvait voir quelque chose qui ressemblait à un bouton de coq jetant un coup d’oeil à travers la ceinture de son slip, la fente le fixant, comme s’il le ricanait.

Son cœur battant, Stevie s’est penché et s’est touché. Ce qu’il tenait était encore plus épais que le gode noir dans le tiroir de sa mère. Sur des jambes tremblantes, il sortit du lit et se tint devant le miroir intégral, baissant son slip, regardant le monstre qui lui faisait face dans le miroir. Sa tête s’est mise à tourner. Il a dû se soutenir pour ne pas tomber en fixant l’énorme bite dure qui se tenait droite et en haut de son entrejambe. C’était sa bite ? Pas du tout ! Il amena sa main à son entrejambe et saisit la bite qui palpitait. Oui. C’était la sienne, c’est sûr. Mais comment ? Oh, comment ? Comment cela a-t-il pu arriver ? Tout ce qu’il avait, c’était du jus d’orange. Le jus d’orange n’aurait pas fait grandir son pénis autant. Il avait aussi fait un vœu, mais il était assez grand pour savoir que les vœux, aussi difficiles soient-ils, ne se réalisent pas comme ça, surtout ce vœu. Les fées des dents n’existaient pas et le Père Noël était une blague, n’est-ce pas ? Comment ?

Avec amour, cependant, il caressait le gros arbre, son cœur battant à l’intérieur de sa poitrine maigre et nervurée de garçon. Tout ce qu’il fallait, c’était quelques coups de haut en bas de l’énorme arbre et un flot de jus crémeux jaillissant de la fente ouverte et frappant le miroir. Giclée après giclée. Blanc, crémeux, épais.

Stevie a passé le dimanche à s’interroger, à se retourner, déchiré entre jubilation et crainte, essayant de cacher le renflement dans son short, presque en panique. Alors qu’hier soir il avait souhaité une grosse bite, il faisait maintenant de son mieux pour cacher l’énorme bite qui pesait sur son léger corps. Il avait des sentiments mitigés : fier de sa nouvelle grosse bite qui ne boitait pas jusqu’au bout et effrayé par ce qui s’était passé.

“Je m’inquiète pour Stevie, Henry”, dit la mère de Stevie à son père, de retour à la maison.

“Qu’est-ce qui ne va pas avec le petit gars ?”

“Je ne sais pas exactement. Depuis hier, il agissait bizarrement, rougissait et se roulait des pelles. Il a passé toute la journée dehors, à se promener, dans un autre monde.”

Henry s’est gratté la tête. “Tu sais, chérie, le garçon grandit. Laisse-lui un peu d’espace, ok ?”

La mère de Stevie acquiesça, pas totalement convaincue, mais prête à laisser tomber.

Stevie était allongé dans son lit, nu, sa grosse bite raide et pointée vers le haut et vers l’extérieur de son corps, le tout de 15 cm, épais et palpitant. Il l’avait mesurée. Elle mesurait neuf pouces et était aussi épaisse qu’une canette de soda. Il l’a caressée, haletant, approchant l’orgasme. Il a couiné en sentant son éjaculation. Sa bite s’est retrouvée à mi-hauteur du plafond, sa main en saisissant l’épaisseur avec force. Mais, à son grand étonnement, la bite s’est détachée de sa main qui la tenait.

Stevie regarda sans voix alors que sa bite se séparait de son entrejambe et continuait à cracher. Rêvait-il ? Était-ce un cauchemar ? Il a éloigné de son entrejambe la main qui tenait la bite qui giclait ; la bite s’est éloignée de son corps. En regardant en bas, il a vu que ses couilles étaient sorties aussi. Ce n’était pas réel. Non ! Stevie a étouffé un cri, sa bite dégoulinait et s’installait dans sa prise. Il a levé la bite et l’a léchée. Les sensations qu’il ressentait étaient étonnantes, émanant à la fois de sa langue et de son aine. Il pensait que son cœur allait s’arrêter. Il a fermé les yeux, en espérant que tout cela allait disparaître. Il ouvrait les yeux et regardait son petit pénis de garçon. Mais sa main a raconté une autre histoire en saisissant l’épaisse tige palpitante et ses lèvres se sont enroulées autour du bouton engorgé et gluant.

Stevie cachait sa bite dans son tiroir à sous-vêtements. Il la sentait entre ses cuisses, allongé, boiteux, mais lorsqu’il s’est penché pour la frotter dans son entrejambe, elle n’était plus là. C’était comme un membre amputé. Il a fermé les yeux et a souhaité que tout cela soit un rêve. Il se réveillerait le lendemain matin et les choses reviendraient à la normale. Cette nuit-là, il a eu un sommeil réparateur.

Le lendemain matin, ses sensations d’un bois matinal ont fait descendre sa main à l’entrejambe pour ne trouver que des poils de garçon. Il se leva, sortit la bite palpitante de son tiroir et la caressa lentement. Il l’a amenée jusqu’à ses lèvres et a sucé la tête. Les giclées qui s’ensuivirent frappèrent l’arrière de sa gorge avec force alors qu’il bâillonnait et avalait.

Après avoir nettoyé la bite et l’avoir cachée dans sa commode, il a mis ses vêtements d’écolier et est descendu pour le petit-déjeuner. Dans son short, il n’y avait rien, pas de pénis, petit ou grand, pas de couilles, juste des cheveux clairsemés. Mais il a aussi senti la bite qu’il avait laissée dans son tiroir. Il ne voulait pas répondre aux questions de sa mère qui faisait de son mieux pour le faire sortir. Finalement, elle a décidé de le laisser tranquille.

En classe de maths, Stevie ne pouvait pas se concentrer. Il sentait la bite, flasque et pesant sur ses couilles entre ses cuisses épaisses comme un bâton, mais il savait qu’il n’y avait rien, que son pénis était étendu, mou, dans son tiroir, chez lui.

Sa mère était en train de nettoyer sa chambre. Lorsqu’elle a ouvert son tiroir, elle a pris une grande respiration. Un gode était posé sur le dessus des jockeys blancs dans la chambre de son fils. Elle a regardé en bas. Il était plus gros que celui qu’elle avait. Son coeur battait vite. C’est ce qui explique le comportement bizarre de Stevie ? Stevie était-il gay ? Le gode avait l’air beaucoup plus réel que le noir. Elle l’a timidement touché.

Dans la classe, Stevie a glapi. Le professeur de maths a regardé la classe depuis le tableau.

“Qu’est-ce que c’était ?”

La fille assise sur le siège en face de Stevie l’a regardé. Son visage était devenu rouge comme une betterave.

“Je suis désolé, monsieur”, bredouilla-t-il. “Quelque chose que j’ai pris au petit déjeuner, je suppose.”

La fille a ricané.

La mère de Stevie tenait la bite dans sa main. Ça semblait même réel. Étonnamment, elle devenait plus dure, plus épaisse, plus longue. Elle était en érection ? Est-ce que c’était réel ?

Stevie se tortillait sur son siège, à l’agonie, en sentant la caresse sur sa bite.

La mère s’est assise sur le lit de Stevie en tenant la grosse bite dans sa main. Cela semblait réel, pas aussi plastique que le gode noir. Il a palpité ! Fonctionnait-il à piles ? Avait-il un capteur tactile ou quelque chose comme ça ? Elle l’a porté lentement à sa poitrine, en le frottant sur ses mamelons à travers le chemisier qu’elle portait. Ses mamelons ont durci et ont piqué le tissu.

Stevie a failli mourir. Il pouvait sentir les mamelons durs contre sa tête de bite. Il a commencé à transpirer, essayant de se forcer à rester calme. Que s’est-il passé ? Se pourrait-il que sa mère ait découvert sa bite et qu’elle ait joué avec ? C’était l’enfer. C’était le paradis.

Maman a ramené la bite à son entrejambe, en respirant fort, entre ses cuisses. Elle ne pouvait pas résister à la sensation que ce gode était aussi réel que la bite de son mari. Qu’est-ce qu’ils allaient inventer ensuite, se demandait-elle alors que ses cuisses tremblaient ? Elle pouvait même sentir les veines le long de la tige, gonflées et palpitantes. Stevie sentait la chaleur du corps sur sa bite. Maman a frotté la tête lentement autour des lèvres de son vagin et jusqu’à son clitoris gonflé. Stevie se tortilla plus fort, sentant sa bite palpiter. Alors que maman commençait à se mouiller,

Stevie devenait fou, voulant tirer ses cheveux, pousser ses hanches vers l’avant, gémir, mais avec difficulté, il pouvait rester collé à son siège, mortifié. Le professeur était heureusement inconscient, mais ses camarades de classe avaient remarqué qu’il se passait quelque chose de bizarre avec Stevie. Les plus proches de lui ont échangé des regards et ont souri.

“Tu vas bien”, chuchota Sandy, la fille assise à côté de lui.

“Mmm”, il a réussi à marmonner, alors qu’il sentait sa bite frotter sa peau douce et humide.

La mère a enfoncé le bouton dans son vagin.

Stevie a sauté, tenant les côtés de son bureau, la tête projetée en arrière, comme s’il était en crise.

“Oh non ! Il marmonnait en sentant sa bite glisser dans une ouverture humide et serrée.

Les camarades de classe ont ricané en regardant.

Maman gémissait en enfonçant la bite plus profondément dans sa chatte, et commençait à avoir des spasmes avec l’apparition d’un premier orgasme intense.

Stevie a grogné et s’est tapé le bureau, en se tenant fermement sur les côtés. Le professeur de maths s’est lentement approché du garçon pendant que les camarades de classe regardaient. Deux garçons ont commencé à se moquer de Stevie. Stevie grogna plus fort, inconscient de son environnement, pressant son entrejambe contre le bureau, se cognant et grinçant, les yeux fermés, sa respiration rapide, sa tête projetée en arrière.

Maman lui a baisé la chatte avec sa grosse bite.

Stevie a joui fort.

“Qu’est-ce qui ne va pas, Steven ?” demanda le professeur de maths, se profilant au-dessus de l’enfant qui gémissait et transpirait, qui semblait avoir eu une explosion orgasmique. “Va chercher l’infirmière”, ordonna-t-il au garçon de s’asseoir devant Stevie.

Stevie s’installa, des perles de sueur lui couvrant le front, le cœur battant, l’entrejambe palpitant.

La mère s’enflammait d’orgasme en orgasme en se balançant, car elle sentait les giclées de sperme la frapper de plein fouet. Elle est restée allongée sans bouger. Son esprit tournait en cercles étourdissants. Le gode a-t-il éjaculé du sperme dans sa chatte ? La crédibilité l’a frappée de plein fouet lorsqu’elle a sorti le gode et l’a porté à son visage. Il dégoulinait par la fente. Ce n’est pas possible, pas possible, pas possible. Maman a rapidement essuyé le gode et l’a caché dans son tiroir à côté du gode noir qu’elle possédait. Elle ne voulait pas examiner le gode maudit plus avant. Il doit avoir une sorte de poche remplie de sperme simulé ou quelque chose comme ça. Maudites inventions !

L’infirmière a déclaré que Stevie était normal, mais avec un peu de rougeur. Rien de grave. Pas de bite monstrueuse détachée, pensa Stevie.

Le reste de la journée a été une torture pour Stevie. Il était dans la confusion la plus totale. Que s’était-il passé pendant le cours de maths ? Se pourrait-il que sa mère ait trouvé la bite ? Et qu’en avait-elle fait ? Il avait senti de l’humidité et une peau soyeuse contre sa bite. Son entrejambe fantôme avec l’énorme bite et les couilles qui pendaient n’arrêtait pas de picoter dans un short de garçon qui n’avait rien à l’intérieur. Maman l’avait-elle frotté en bas ? Là où elle était mouillée ? Avait-elle… ? C’était insondable pour son fils. Mais maman gardait un gode noir dans son tiroir. Mais qu’est-ce qu’il y a ? Il avait senti, et pour la première fois, la pression d’un trou mouillé autour de sa bite virtuelle, non, pas vraiment virtuelle, c’était assez réel pour lui. Son jeune corps osseux frissonnait en se rappelant les spasmes, l’éjaculation, l’intensité. Avait-il été f… putain… ? Est-ce que c’était ce qu’il ressentait ? Avec maman ? Il ne pouvait pas imaginer ça !

Ses camarades de classe se moquaient de lui toute la journée, mais pour Stevie, tout cela avait été surréaliste, comme s’il était dans un monde différent, dans une existence parallèle. Il avait vérifié son entrejambe à plusieurs reprises dans les toilettes, et tout ce qu’il avait trouvé, c’était ses poils pubiens de garçon. Il a senti la bite et les couilles, et il a eu mal à les toucher, à les saisir, à les frotter, mais il n’y avait pas une foutue chose en bas.

Stevie ne pouvait pas attendre la fin du dernier cours. Quand la cloche a sonné, il s’est précipité hors de l’école et a couru à la maison. En entrant dans la maison, il s’est précipité dans sa chambre, renversant presque sa mère qui descendait les escaliers en portant un tas de linge.

“Stevie ?” La mère s’est appuyée contre la rampe, se stabilisant. “Steve ! Descends ! Maintenant !”

Ignorant les ordres de sa mère, Stevie a couru dans sa chambre et a ouvert le tiroir en tirant dessus. Il a fouillé dans ses affaires. La bite n’était pas là. Stevie émit un sanglot du fond de sa gorge. Sa mère avait trouvé le pénis. Elle l’avait frotté contre sa peau douce. Elle, oh mon Dieu, elle… elle l’avait poussé dans son… son… Il s’était assis sur le lit, la tête entre les mains, et pleurait, des larmes chaudes coulant sur le visage de son garçon.

“Oh, mon bébé”, la mère est entrée dans la chambre et s’est assise à côté de son fils en train de se débattre, en enroulant un bras autour de ses épaules. “Tu as besoin de me dire quelque chose ?” Son cœur battait la chamade pour ne serait-ce que considérer que son fils était gay et qu’il gardait le gode pour jouer avec. Son fils était trop jeune pour subir cela, pensait-elle en le serrant plus fort contre elle.

“Maman ?” Stevie sanglota. “Est-ce que tu as… ? Maman… était là… ? Je veux dire… étais-tu ici dans ma chambre aujourd’hui ? As-tu vu… vu… quelque chose ?”

Le coeur de maman a battu pour son garçon. Elle le protégerait quoi qu’il arrive. Elle se fichait que son Stevie soit gay ou pas. C’était son bébé et elle l’aimait. Mais c’était à son initiative de lui dire qu’il aimait le pénis des hommes.

“Qu’est-ce qui te manque, chérie ? Tu peux me le dire.”

“Hum…” Stevie a hésité, regardant le sol entre ses pieds. “Maman. Il y avait… j’avais un p… p… pénis dans mon tiroir”, bégaya-t-il, la voix tremblante.

La mère de Stevie rit un peu et le serra plus fort dans ses bras. “Tu veux dire un gode ?”

Stevie leva les yeux et regarda les yeux bleus de sa mère. “Non, maman. Un pénis. Un vrai pénis.”

Maman a tapoté l’épaule du garçon qui tremblait. Elle était maintenant encore plus inquiète. Stevie semblait fantasmer, imaginant qu’un gode était un vrai pénis. Mais elle a commencé à se souvenir que le gode s’était balancé entre ses cuisses et qu’il semblait éjaculer à l’intérieur de son vagin. Elle avait eu un orgasme sauvage, ses sucs coulant à flots, mais il y avait une sorte de viscosité supplémentaire, un peu comme lorsque son mari l’avait inondée.

Le garçon regardait toujours sa mère, réalisant d’après l’expression de son visage qu’elle avait en quelque sorte “joué” avec sa bite.

“Maman, il s’est passé quelque chose de bizarre”, a-t-il commencé à avouer, son petit corps tremblant. “J’avais souhaité un gros pénis, maman, comme le truc noir que tu as dans ta commode.”

“Quoi ?” Le coeur de maman battait. Le garçon avait découvert le gode noir ! Comment allait-elle expliquer cela ? Henry, son mari, avait insisté pour qu’ils en aient un comme jouet pour briser la routine. Elle l’avait utilisé avec lui, parfois sur elle, en le frottant entre ses seins pendant qu’ils baisaient, parfois entre les fesses d’Henry, ce qui, selon lui, le faisait mieux baiser. Il avait ajouté de la couleur – excusez le jeu de mots – à leur vie sexuelle, mais elle n’avait jamais imaginé que Stevie le trouverait.

“Qu’est-ce que tu faisais, tu fouillais dans nos affaires ?”, lui répliqua-t-elle.

“Papa sait ?”

Maman a fait un signe de tête. “Où as-tu trouvé l’autre, Steven ? Qui te l’a donné ?”

“C’est le mien, maman.”

Le garçon avait l’air si délirant que la mère ne savait pas comment gérer la situation. Elle devrait peut-être attendre qu’Henry rentre à la maison.

“Oh, chéri”, roucoulait-elle, essayant d’être apaisante. “Tu l’as acheté quelque part ? Ou quelqu’un te l’a donné ?”

Lentement, Stevie se mit debout face à sa mère. Tout doucement, il descendit son short. La mère fixait son fils qui se déshabillait devant elle.

“Steve, que diable… ?”

Avec son short autour des chevilles, le gamin se tenait figé devant sa mère haletante. Elle tendit la main et écarta les poils du pubis, cherchant. Il n’y avait pas de pénis, pas de noix, pas de vagin, rien.

“La bite est à moi, maman. Elle est tombée.”

“Elle… elle… fff ?” Maman était sans voix. “Comment ? Qu’est-ce… qu’est-ce que tu as fait ? Elle… Il ne peut pas… il ne peut pas être tombé.”

“Maman. C’est tombé !” Stevie a crié.

Stevie est tombé en panne. Il sanglotait et babillait sur la façon dont il avait trouvé le gode noir, sur son souhait d’avoir un gros pénis, sur son réveil avec la bite de cheval, sur le fait qu’elle était tombée dans sa main quand il l’avait caressée, sur le fait qu’elle était restée en vie. Il s’est assis sur le sol, sanglotant et bavardant, son corps de garçon se débattant dans la misère.

Comme si elle était en transe, maman est allée dans sa chambre et, en serrant la main, a ramassé le coq, l’a senti vibrer et l’a ramené dans la chambre de Stevie. Stevie gémissait et bougeait ses hanches.

“Maman, ne fais pas ça. S’il te plaît, ne fais pas ça ! C’est mon pénis, maman. S’il te plaît, laisse-le tomber, maman ? S’il te plaît ?”

Maman tenait la bite, qui devenait incroyablement plus dure et plus grosse dans la paume de sa main.

“Incroyable”, murmura-t-elle. “Oh, mon garçon !” elle appuya sur la bite en érection.

Stevie grogna.

Tenant toujours la bite en érection dans sa main, elle attira Stevie sur le lit et s’assit à côté de lui, son regard ne quittant jamais la barre de pulsation. Stevie tendit la main et saisit la bite, la plaça sur son entrejambe et la caressa. Quelques secondes plus tard, elle a craché du sperme avec force alors que le garçon se soulevait et criait.

“Je vais le dire à papa. Nous allons voir un médecin. Un chirurgien. On va le recoudre, bébé. Nous trouverons une solution.” Elle savait qu’elle bafouillait.

La mère embrassa son fils, en regardant la queue palpitante dans la paume de sa main, veinée, épaisse, gluante, vivante !

Une si délicieuse bite Préférence de gay :
Endroit de préférence pour le sexe :