Quand j’étais toi, il n’y avait pas d’internet, les seuls moyens que je pouvais imaginer pour me gratter la démangeaison de la bite de ne pas avoir 21 ou même 18 ans. Je vivais dans une petite ville et je savais qu’il y avait une librairie pour adultes quelque part. J’ai trouvé ça assez facile et j’ai vite été un habitué. J’avais toute cette technique où j’allais surfer pendant une heure avant d’aller voir un film en avant-première (regarder la longueur complète) dans l’arrière-salle. Une fois de retour, leurs hommes allaient et venaient. Je les taquinais comme ils le faisaient.

La salle d’arcade avait des demi-portes, donc si vous descendez assez bas, vous pouvez voir tout ce qui se trouve en dessous du niveau des sièges. Je me déshabillais, je me doigtais les fesses et je portais même des culottes de femmes dans mes efforts pour taquiner un type au point qu’elles faisaient irruption dans ma cabine et me donnaient leur bite. Ça marchait comme sur des roulettes et j’ai vite gagné en assurance.

Maintenant, je suis brun et la ville est pratiquement toute blanche. Quand les hommes sont sortis de prison, j’ai appris très vite qu’ils s’étaient habitués à certaines choses pendant leur détention. Un soir, j’étais dans les îles à la recherche d’un film ; peut-être deux des trois types s’attardaient-ils près de moi pour apercevoir ma jolie culotte rose à string que je portais et dont j’avais un avant-goût chaque fois que je regardais l’étagère du bas.

Souvent, des gémissements se faisaient entendre à cause des taquineries. Ce type arrive en blanc, grand d’1m80, thé blanc et blue-jeans, un petit maigrichon sournois avec lui. Il me voit à l’autre bout de la pièce et me regarde fixement alors que je gradue un porno interracial de femme noire et que je le croise sur le chemin du comptoir avant de payer mes cinq € et de retourner à la cabine. Trente minutes plus tard, le gars et moi sommes propulsés, alors je me dirige vers l’extérieur, lui et son ami sont assis sur un vieux tas de merde en train de fumer.

Ils m’appellent en allant à la voiture et nous prenons des dispositions pour que je les suive. Nous nous dirigeons vers le centre-ville, dans un quartier dont j’ignorais qu’il y avait des logements, mais qui était bien sûr un appartement communal. Le grand type et moi, on se met ensemble et on va dans sa chambre. Je déshabille moins la culotte et il va jusqu’au bout. Il est plus épais et charnu que tous ceux que j’avais et je commence à lui donner la tête. Une heure plus tard, mon visage est couvert de crachat et Jim me baise le fond de la gorge. Je ne fais aucun effort pour m’arrêter ou ralentir comme tous les précédents ont échoué. Il s’arrête à mi-course et me dit de le suivre, alors je quitte sa chambre par le trou principal, nu et en string rose. Je crois que j’entends les portes des autres résidents s’ouvrir pour voir ce que signifie le bruit de notre passage.

Nous descendons au premier palier de la cave et nous attendons dans l’obscurité. J’entends deux portes se verrouiller avant de sentir sa bite de tête entrer dans mon cul. La douleur m’a atteint à la colonne vertébrale, mais il m’a ouvert la bouche et m’a tenu par les épaules alors qu’il commençait à pomper lentement pour entrer et sortir. J’étais hors de moi, mais mon corps s’est mis à boiter à chaque fois qu’il m’enfonçait dans les couilles et je gémissais avant de me reprendre juste une seconde, puis il me démolissait à nouveau. Je me suis rendu compte du bruit que je faisais jusqu’à ce que le maigrichon apparaisse sans pantalon en haut de l’escalier en train de se branler la bite dure. Mon rencard a arrêté de me baiser et le maigre a pris le relais pendant que l’autre s’enfonçait dans sa gorge bien formée.

Ils ont tous les deux fait deux fois le tour de l’escalier pendant environ 80 minutes après s’être fait pilonner et sucer la bite. Chaque fois que je regardais en haut des escaliers, un nouvel homme descendait en me caressant et il y avait de la vitesse sur les marches alors que je me dépêchais de m’habiller après, le sperme coulant – le long de mes jambes – hors de mon trou de cul palpitant. Le lendemain, j’ai su ce que je devais faire et cette nuit-là est revenue, et encore et encore après

J’ai vu venir Préférence de gay :
Endroit de préférence pour le sexe :