Mes premières expériences sexuelles avec un homme et la première fois où j’ai été baisée par un homme. C’était avec un mec qui s’appelait Dave. Je l’ai rencontré il y a de nombreuses années, alors que j’étais encore à l’école. Il était l’un de mes livreurs de journaux. Il m’obligeait à m’habiller comme une écolière et à porter de la lingerie. Pendant que je le suçais et que je me faisais baiser par lui. Il me donnait la fessée (pas assez pour laisser des traces durables) et m’insultait, pendant que je le suçais et qu’il me baisait. Il me traitait de sissyboi, de salope, de pute à bite, de pédé, de salope, etc. et il m’obligeait à l’appeler papa chaque fois que nous étions seuls ensemble (ce que je trouvais bizarre au début, mais ensuite j’ai découvert que ça m’excitait vraiment).

Il me faisait sucer sa très grosse bite (elle était à peu près de la taille d’une boîte de gel à raser standard) jusqu’à ce qu’il devienne dur avant de me baiser et encore après qu’il m’ait baisée à nu et qu’il ait eu du sperme au fond de mon cul, qu’il appelait ma chatte de chochotte. Tout cela a commencé parce qu’un matin, il m’a surpris en train de me branler sur une fille de la page 3 du journal. Il m’a dit qu’il allait me dénoncer à mon employeur si je ne faisais pas le tour ce soir-là pour l’aider à faire des travaux dans le jardin. Tout cela n’était qu’un faux-semblant de sa part.

Juste pour me mettre sa bite dans la bouche. Tout a commencé avec une bière, un peu d’herbe, des vidéos et des magazines pornographiques hétéros qui sont rapidement passés au porno bisexuel et gay, avec nous en train de nous branler, la prochaine chose que je sais c’est que nous nous sucons (il m’a en fait fait fait ma toute première branlette et pipe). Cela l’a ensuite amené à me baiser et même s’il était un haut, il m’a toujours fait jouir d’une manière ou d’une autre. La première fois que Dave m’a baisé, ça m’a fait un mal de chien. J’ai eu des bleus et des plaies pendant une semaine environ et j’ai saigné de temps en temps pendant quelques jours (j’ai dû cacher cela à mes parents et à l’école). Heureusement que je ne portais qu’un boxer noir.

C’est ce qui s’est passé la première fois que Dave m’a baisé. Je passais déjà la nuit chez lui, sous prétexte d’une soirée pyjama chez des amis d’école, pour étudier. Nous étions dans sa chambre sur le lit en position 69 et j’avais sucé sa grosse bite pendant qu’une vidéo porno passait. Après avoir arrêté de le sucer parce qu’il me l’avait dit, j’ai décidé de le faire. Dave m’a demandé si j’avais déjà mangé ma boipussy (c’était la première fois qu’il l’appelait autrement que mon cul). J’ai répondu que non, il m’a dit de m’allonger face contre terre sur le lit, avec un oreiller sous la bite et des couilles pour me relever et lui permettre de me manger plus facilement.

Il est monté derrière moi, a écarté mes joues et a procédé à me lécher, grignoter, sucer et me sonder avec sa langue (j’avais déjà pris une douche plus tôt et rasé mes poils pubiens et mon cul en douceur à sa demande) en m’étirant légèrement. Il m’a ensuite dit de tenir mes joues ouvertes aussi loin que possible pendant qu’il continuait à me manger et à jouer un peu avec ma bite (qu’il a commencé à appeler mon clitoris, ce que je trouvais un peu bizarre). Dave m’a grogné dessus, je te fais ce que je veux, quand je veux, il m’a maintenu au sol et m’a lentement enfoncé sa grosse bite en moi pendant que je criais et essayais de le repousser. Dave m’a dit d’un ton menaçant qu’il aimait que je me batte.

J’ai vite abandonné la lutte car j’étais à court d’énergie et je suis restée allongée à pleurer pendant qu’il me violait. Alors qu’il me baisait, il a commencé à se calmer et à me dire que j’avais une belle chatte de poule mouillée et que c’était agréable. Alors que j’étais allongée là en sanglotant, il a commencé à se mettre de nouveau en colère et m’a crié d’arrêter de pleurer, sinon il me donnerait vraiment de quoi pleurer. Malheureusement pour moi, mon corps m’a trahi et le sperme a commencé à s’écouler de ma bite alors que sa bite frottait ma prostate pendant qu’il me baisait. Tout d’un coup, il a arrêté de me baiser, s’est retiré et s’est mis à rire quand il a remarqué que je jouissais. Il m’a dit : “Regarde, ma petite poule mouillée adore quand son père la baise”.

Je lui ai répondu que tu ne m’avais pas baisée, que tu m’avais violée, et il m’a attrapée, m’a giflée et m’a dit que ce n’était pas un viol comme je l’aimais. Mon corps l’a prouvé en jouissant. Avant que je puisse discuter, il m’a attrapé la tête, m’a ouvert la bouche avec ses mains et m’a enfoncé sa bite semi-durcie dans la bouche et m’a dit de le faire durcir encore parce qu’il allait baiser ma douce petite chatte de chochotte encore une fois. Quand je l’ai fait bander, il m’a dit que je pouvais coopérer ou qu’on pouvait me forcer à nouveau. De toute façon, il allait me baiser, que ça me plaise ou non. Je lui ai poliment demandé d’être gentil et lui ai dit que je coopérerais.

Son attitude a changé instantanément. Il m’a dit de m’allonger sur le devant et de me tenir ouvert pendant qu’il appliquait du lubrifiant froid sur mon trou. Quand il était prêt, il a lentement repoussé sa bite à l’intérieur pendant que je grimacais et que je me mettais à pleurer de malaise. Dave s’est mis à me parler doucement et gentiment en me disant de respirer à travers et d’essayer de le pousser dehors comme si j’allais aux toilettes. Après m’avoir baisé à nouveau pendant un certain temps, à des vitesses, des profondeurs et des forces différentes, il s’est arrêté avec sa bite en train de pulser des boules au fond de moi alors qu’il inondait de son sperme mon cul ravagé, meurtri et meurtri. Après avoir fini de jouir, il m’a dit de nettoyer sa bite avec ma bouche.

Je l’ai fait sans me plaindre, car j’étais trop épuisée pour discuter et j’avais peur de ce qui se passerait si je refusais. Plus tard, il m’a ramenée à la salle de bain, s’est douchée et a rasé le reste de mon corps tout en étant extrêmement doux et gentil. Dave m’a dit d’aller faire une sieste et qu’il me réveillerait dans un moment. Dave s’est approché et m’a réveillé. Il m’a dit que des vêtements se trouvaient dans la chambre d’amis. Je suis allée dans la chambre d’amis pour trouver une petite culotte en dentelle noire, un soutien-gorge, un porte-jarretelles et des bas disposés sur le lit et aucun signe de mes vêtements masculins.

J’étais en état de choc et de panique. J’ai crié en colère à Dave “où sont mes putains de vêtements”, il est monté en peignoir, m’a attrapé à la gorge et m’a plaqué contre le mur. Il m’a dit de mettre de la lingerie ou le bon traitement cessera et il recommencera à me baiser comme la première fois plus tôt dans la journée. Il a quitté la pièce et j’ai mis la lingerie, il est revenu avec un uniforme d’école de filles et m’a dit de le mettre et de descendre les escaliers. Quand je suis arrivée en bas, Dave m’a tendu un grand verre de vin rouge, je l’ai avalé rapidement. Il a alors commencé à me faire un câlin et à m’embrasser, il a répondu et il a commencé à glisser sa main sous la jupe et à me tripoter le cul à travers la culotte.

Il m’a ensuite dit de me mettre à genoux et de lui sucer la bite. Je me suis lentement mis à genoux et j’ai défait la robe, sa grosse bite molle était à hauteur de la bouche. J’ai commencé à lui sucer la bite et, à mesure qu’elle grandissait dans ma bouche, il gémissait de plaisir. Je me suis dit que si je pouvais le faire jouir, il ne me baiserait pas. Soudain, il m’a dit d’arrêter ou il allait jouir, je lui ai désobéi et il a attrapé mes cheveux et les a arrachés de ma bouche. Il m’a fait me lever, m’a giflé pour lui avoir désobéi, puis m’a plié sur la table, a relevé la jupe et a déchiré la culotte sur le côté, a craché sur ma sissyboipussy et m’a enfoncé de force ses grosses couilles dans la bouche.

J’ai crié de douleur car il n’a pas arrêté jusqu’à ce qu’il ait les couilles profondes. Il m’a dit de la fermer et de la prendre, espèce de pute, alors que je criais de douleur avec des larmes coulant sur mon visage, la douleur devenait lentement un plaisir alors que ma sissyboipussy déjà ruinée s’étirait pour accueillir sa grosse bite, il a continué à me baiser jusqu’à ce qu’il soit prêt à jouir puis il a sorti et fourré sa bite dans ma bouche et s’est déchargé dans ma gorge alors qu’il baisait jusqu’à ce qu’il arrive. Je me suis alors fait déshabiller pour ne garder que la lingerie et monter dans sa chambre. Où il a continué à me baiser la chatte (comme il l’appelait) et la bouche plusieurs fois dans différentes positions.

Jusqu’au petit matin, il m’a agressée verbalement et physiquement, notamment en me tordant, me pinçant, me tirant et me giflant les tétons, la queue et les couilles avec plus ou moins de force. Tout en me faisant appeler papa et en le remerciant pour cela. Je n’ai finalement pas pu supporter beaucoup plus et je me suis évanoui d’épuisement. Quand je me suis réveillé plus tard dans la matinée, je portais encore les restes de la lingerie et des parties de moi étaient couvertes d’un mélange de sperme séché (dont une partie était à moi), de jus anal, de crachat et de lubrifiant. Mes tétons étaient meurtris, mes couilles me faisaient mal, ma queue était douloureuse et meurtrie par endroits.

Mon trou de cul était suffisamment meurtri, défoncé et lâche pour que je puisse y glisser mes doigts avec un minimum de résistance. Il suintait un mélange de sperme (dont une partie m’appartenait car Dave avait décidé d’utiliser mon sperme comme lubrifiant quand je venais quand il me baisait), de lubrifiant, d’une petite quantité de sang, de sécrétions anales et de crachats. Dave est entré dans la pièce en ayant l’air et en agissant comme une personne totalement différente. Il n’aurait pas pu être plus gentil. Il m’a dit de prendre une douche, de mettre mes vêtements d’homme et de prendre un petit déjeuner. Plus tard, il m’a ramenée non loin de la maison de mes parents. En me déposant, il m’a dit de te voir le week-end prochain, Chrissi, et m’a dit qu’il valait mieux que je ne raconte à personne ce qui s’était passé, car personne ne me croirait de toute façon.

Pendant la majeure partie de la semaine suivante, j’ai eu mal partout, mes tétons, ma queue et mes couilles étaient meurtris et douloureux. Mon trou de balle s’est lentement remis mais il était couvert de bleus et saignait parfois (j’ai dû cacher cela à mes parents et à l’école). Heureusement, je ne portais qu’un boxer noir. J’ai réussi à éviter Dave pendant la plus grande partie de la semaine lorsque je lui ai remis ses papiers, mais je n’ai pas vraiment réalisé qu’il connaissait mes parents et lorsque je suis rentré de l’école, ma mère m’a dit que Dave m’avait téléphoné pour me demander si je voulais gagner un peu d’argent supplémentaire pendant le week-end. Je l’aidais dans le jardin et avec les affaires de la maison. Elle m’a dit qu’elle avait déjà accepté et qu’il viendrait me chercher vendredi à 17 heures. Quand le vendredi est arrivé, j’étais très nerveuse, Dave est venu me chercher.

La première chose qu’il m’a dite a été Je parie que vous avez été surpris quand vous avez découvert que je connaissais vos parents. J’ai répondu oui papa (car je ne voulais pas le mettre en colère). Quand nous sommes arrivés chez lui et que nous sommes entrés, il m’a embrassé et m’a poussé à genoux, je savais ce qu’il voulait. J’ai commencé à le faire bander et sans prévenir, il m’a attrapé la tête et a déchargé une énorme quantité de sperme dans ma bouche, que j’ai avalée sans hésitation. Il m’a dit que j’étais une bonne poule mouillée et m’a dit d’aller me préparer.

Je lui ai demandé s’il pouvait être un peu plus doux avec moi cette fois-ci, car j’avais eu beaucoup de mal à lui expliquer certains de ses bleus et l’inconfort que j’avais ressenti. Il m’a dit que tout dépendrait de la façon dont je me comporterais. En m’accompagnant aux toilettes, il m’a dit que je vais d’abord vous faire un lavement pour que vous soyez bien propre et que cela ne me mette pas en colère de faire du désordre. Pendant l’opération de lavement, qui a duré environ deux heures, il m’a fait sucer sa bite à plusieurs reprises, mais il n’a pas joui (j’ai découvert plus tard que son endurance sexuelle était réduite au viagra).

Une fois le lavement terminé, il m’a dit de me doucher et de me raser. Pendant que je me rinçais, il est entré dans la douche avec moi. Sa bite était dure comme de la pierre et palpitante, il a pris une poignée de vaseline, l’a étouffée avec et m’a tourné face au mur, alors qu’il écartait les jambes et me pliait légèrement en avant. J’ai senti sa bite entrer lentement en moi. Ça m’a fait un mal de chien, mais avec un peu de respiration et en cachant le fait que je souffrais, il a continué à me baiser lentement jusqu’à ce qu’il me décharge son sperme au plus profond de mes tripes. Il s’est retiré, m’a laissé dans la douche avec l’instruction de finir et de s’habiller avec les vêtements de la chambre d’amis.

Cette fois-ci, il y avait des bas blancs, un string, un soutien-gorge, un collier en cuir avec trois chaînes avec des clips aux extrémités, un truc bizarre en caoutchouc et un truc bizarre en métal brillant qui ressemblait à une petite muselière de chien (j’ai découvert plus tard que c’était un bouchon de cul et une cage de chasteté). Il s’est habillé en lingerie, mais ne savait pas quoi faire de l’autre article. Je les ai donc emmenés en bas des escaliers vers Dave en espérant qu’il ne soit pas fâché. Étonnamment, il ne l’était pas. Il m’a dit d’abaisser le soutien-gorge en fermant le collier autour de mon cou, j’ai ressenti deux douleurs aiguës alors qu’il attachait deux des clips à mes tétons et qu’il remettait le soutien-gorge en place. Il m’a ensuite dit qu’il allait verrouiller ma bite et mes couilles dans la cage de chasteté, tout en me disant que je ne pouvais pas toucher mon clitoris, sauf lorsque je nettoyais à travers la cage après être allée aux toilettes.

Il a ensuite accroché la troisième chaîne à la cage de chasteté, je suis allé tirer le string, il m’a arrêté et m’a dit de me mettre à genoux. Je me suis instinctivement laissé tomber et j’ai ouvert la bouche. Dave a ri, a tenu le bouchon de cul et m’a dit que ça n’allait pas là, maintenant mets ton front sur le sol et montre-moi ta chatte. Je me suis agenouillé en avant et j’ai écarté les joues. J’ai senti quelque chose de froid sur mon trou et un truc me pousser dessus, j’ai cru qu’il commençait à me baiser. Alors je suis resté immobile, puis mon trou s’est ouvert et j’ai ressenti une douleur aiguë et quelque chose de plus grand que ce que j’avais ressenti avant de partir et de m’arrêter. C’était bizarre.

Dave m’a dit de me lever et de remonter le string, je lui ai timidement demandé ce qu’il avait bien pu me mettre dans le ventre. On m’a dit que c’était un plug Chrissi pour entraîner ta chatte à arrêter de pleurer chaque fois que je te baise. Avec ça, il a attaché un fil à l’anneau qui relie les trois chaînes et l’a tiré d’un coup sec, j’ai gémi, mais ma bite en cage m’a trahi en se tordant et en laissant échapper une petite goutte de sperme, principalement grâce à la pression du bouchon et au fait que je l’ai serré pendant que mes tétons étaient tordus. Dave a commenté, on dirait que la petite salope de poule mouillée aime ça, puisqu’il m’a giflé le cul à plusieurs reprises. À chaque gifle, je gémissais, je serrais et je faisais couler plus de sperme.

Avance rapide de quelques heures pendant ce temps. Mes tétons avaient été tordus à plusieurs reprises, ce qui avait provoqué des effets secondaires, et le bouchon avait été retiré et réinséré plusieurs fois, me laissant un désordre béant et frémissant, et le string était imbibé de sperme, parce que Dave avait découvert ce que cela me faisait. Plus tard, Dave a décidé qu’il était temps pour lui de me baiser. Il m’a conduit jusqu’à la chambre avec le plomb. Dave m’a dit de me lever et m’a conduit jusqu’au lit, où il s’est allongé sur le dos et m’a dit de le faire bander quand on le lirait.

On m’a dit de me lever, d’enlever le string et de me pencher sur le lit. Sans prévenir, le bouchon a été enlevé et il a enfoncé ses boules de bite profondément en moi, alors que je gémissais avec un mélange de douleur, de plaisir et de surprise (plus de plaisir que de douleur car je commençais à apprécier le traitement) ; il a fourré le string trempé de sperme dans ma bouche. Alors qu’il me baisait avec un mélange de sa bite et du bouchon, il a tiré sur la chaîne de la pince. J’ai eu une faiblesse aux genoux et j’ai eu un orgasme si puissant que j’ai temporairement perdu connaissance. Quand je suis revenue à moi, j’étais sur le dos, les pieds sur les épaules, pendant qu’il me frappait dans mon trou béant.

Avec un dernier coup fort et profond, il a arrêté les balles au fond de moi et je pouvais sentir sa bite se tortiller alors qu’il se déchargeait au fond de moi. Il m’a dit que j’étais une bonne petite poule mouillée. Après avoir nettoyé sa bite, l’avoir fait bander et avoir avalé son chargement, il a enlevé tous les appareils et la lingerie. Il m’a emmené aux toilettes et m’a aidé à prendre une douche parce que mes jambes tremblaient. Il m’a nourri et m’a légèrement saoulé et je me suis couché dans la chambre d’amis parce qu’il m’a dit que si je retournais dans son lit. Il n’aurait pas pu se contrôler et j’ai dû rentrer chez moi le lendemain. Le matin, je lui ai fait une dernière pipe avant qu’il ne me ramène à la maison.

J’ai continué à faire le tour de sa maison et à le voir aussi souvent que possible. Parfois, je me retirais même de l’école pour passer la journée avec lui. Comme j’étais accro à ce qu’il me faisait ressentir et à la façon dont il le faisait. Puis un jour, la livraison du papier a été annulée et il avait déménagé pendant que j’étais en vacances. J’ai découvert par la suite qu’il était un père divorcé et que les divers vêtements féminins qu’il m’avait fait porter lorsque nous étions ensemble étaient ses filles qui les avaient laissés là pendant qu’elle était partie à l’université, y compris la plupart de la lingerie (mais pas toute, une partie qu’il avait achetée spécialement pour me baiser) et l’uniforme scolaire qu’il m’avait fait porter. Tant de souvenirs heureux, dont certains étaient douloureux au début lorsque les expériences qui les ont fait se sont produites, mais maintenant, lorsque je m’en souviens, je suis très excitée.

Mes premières expériences sexuelles avec un homme Préférence de gay :
Endroit de préférence pour le sexe :