Le fait d’emménager pour la première fois dans ma résidence à l’université a été un peu déconcertant. Ma mère avait fait un dépôt rapide, mais elle voyait maintenant un gars et devait rentrer chez elle rapidement. Nos adieux ont donc été brefs et sans émotion. Je m’étais déjà éloigné d’elle pendant quelques années, et après mon expérience avec mon entraîneur de base-ball, j’ai réalisé que ce n’était pas son amour que je désirais.

Partir à l’école pour ma première année d’université à 19 ans a été la meilleure décision, non seulement pour m’éloigner de ma mère, mais aussi pour commencer quelque chose de nouveau après les relations tumultueuses que j’avais eues en quelque sorte avec des hommes mariés. J’avais besoin de me sentir plus adulte au lieu d’être le “garçon” de quelqu’un. Mon entraîneur de base-ball s’était levé et m’avait quitté, me laissant vulnérable et droit dans les bras du grand papa en cuir Rick, ce qui m’a amené à rechercher continuellement des hommes plus âgés et sexy chaque fois que je le pouvais. Rick avait toujours une emprise sur moi, tout comme l’avocat Jay. Mais aller dans une école à trois heures de route pourrait m’aider à aller de l’avant et à les oublier. J’espérais en tout cas, car il était temps pour moi de découvrir qui j’étais, plutôt que de savoir à qui j’appartenais.

Ma chambre de résidence était au premier étage, ce qui permettait d’entrer et de sortir facilement pour décharger rapidement. Je n’avais pas apporté beaucoup de choses avec moi, car je me suis rendu compte que je devais partager une chambre avec quelqu’un qui s’appelait Adam. Je suis arrivé le premier, en prenant le côté droit de la chambre double. Notre étage était en forme de grand V, avec la première section, le couloir des “garçons” menant directement au côté des “filles”. Il y avait quatre chambres simples d’un côté, et quatre chambres doubles de l’autre. Il se trouve que j’étais dans la première chambre double, du côté gauche du couloir. Les chambres simples étaient toutes occupées par des étudiants de l’année supérieure, je ne m’attendais donc pas à en voir beaucoup lors de nos activités de la Frosh Week.

Timidement, je suis resté dans ma chambre mais j’ai laissé la porte ouverte au passage des gens. J’ai déballé mes affaires et j’ai essayé de m’occuper, réalisant à quel point il était effrayant d’être loin de chez soi. J’avais 19 ans, mais je paraissais encore jeune, ne mesurais alors que 1,80 m et ne pesais qu’environ 90 kg de muscles lisses et maigres. J’avais un visage de garçon mignon qui semblait donner envie à tous les “pères” de me voir. Mon corps lisse et ma grosse bite de 18cm m’aidaient aussi, ainsi que le fait que je semblais pouvoir prendre une grosse bite bien enfoncée dans mon cul pendant une longue période.

Mon esprit dérivait vers ma dernière capade sexuelle, il n’y a pas si longtemps, quand j’ai entendu frapper à ma porte grande ouverte. Je me suis retourné pour voir un mec très sexy de type fraternité qui se tenait à ma porte, avec un short de sport bleu et un t-shirt gris. Il avait un balai à franges de cheveux ondulés brun foncé et une légère ombre de 5 heures déjà, alors qu’il n’était que midi. Je pouvais dire que le type était bâti d’après la façon dont ses pectoraux sortaient de sa chemise et les biceps ronds et bombés qui sortaient des manches courtes. C’était un beau sportif.

“Hé mec, bienvenue !” dit-il, son visage chaud rayonnant dans un sourire. Ses yeux bruns m’ont donné un rapide coup de main. Il a humidifié ses lèvres et s’est appuyé contre la porte. “Je suis Sean, et je suis dans la pièce en face de vous.”

“Hé !” J’ai réussi à sortir en trombe, et je me suis dirigé vers la porte pour lui serrer la main. “Brian.”

“Première année ?” Il a demandé, en penchant la tête comme s’il connaissait déjà la réponse.

Je lui ai fait un signe de tête. “Je suppose que tu ne l’es pas ?”

Il a secoué la tête et a passé ses bras en travers de sa poitrine. “Troisième année. Cinétique humaine.”

Je pouvais le dire, car il semblait se concentrer sur son propre corps.

Il m’a froncé les sourcils soudainement et m’a donné ce rapide une fois de plus. “Es-tu comme un enfant génie ou quelque chose comme ça ?”

J’ai ri un peu. “Non. Enfin, pas vraiment. J’ai 19 ans, mais je n’en ai pas l’air.”

Ses yeux se sont élargis. “Oh ! Désolé mec, tu regardes juste…” il s’est arrêté, pas sûr de savoir comment finir la phrase.

“C’est bon, on me le dit souvent. C’est mon apparence de garçon et ma taille que je connais.”

Comme je l’ai dit, Sean se tenait plus grand. Il n’était pas trop grand, peut-être 1m75 ou 1m75, mais sa corpulence le compensait. J’espérais un jour ressembler à ça.

Sean a levé les mains et a ri. “Mon mauvais frère. Tu vas remplir.” Il s’est appuyé contre la porte et a plié les bras une fois de plus. “En plus, avec ces épaules sur toi, tu vas te remplir en un rien de temps.”

J’ai regardé mes épaules. “Et elles ?” Je n’avais jamais entendu quelqu’un en parler avant.

“Tu es large, mec. Tu devrais commencer à t’entraîner. Ces chiots ne feront que s’épaissir, comme vous tous j’en suis sûr.”

J’ai souri, pensant qu’il y avait une chance pour moi, après tout, de ressembler à ce type. “Peut-être que je vais devenir sérieux maintenant que j’ai accès à la salle de gym des étudiants ici.”

“Tu fais du sport ?” demanda-t-il soudainement.

J’ai mentionné le baseball et il a rapidement hoché la tête. “Je me suis dit. Tu as lancé ?”

J’ai fait un signe de tête.

“D’où les épaules, en plus de naître avec elles. Mais je peux dire que tu es un athlète.” Sean m’a souri. “Et si tu as besoin d’un copain pour t’accompagner à la gym, je peux t’aider. C’est ma partie du programme après tout !”

Alors que je me sentais rougir à l’idée que ce beau gosse m’aide à la gym, nous avons été interrompus par l’arrivée de mon nouveau colocataire Adam et de sa famille.

Adam avait l’air aussi jeune que moi, mais il était plus grand et plus mince. Il avait un visage d’enfant, avec des cheveux courts et des yeux marrons, un long cou épais qui menait à un corps maigre et légèrement musclé. Il mesurait probablement lui-même environ 1,80 m, car il semblait avoir la même taille que Sean sur le seuil de la porte. C’était un mec sexy, il semblait normal, et je me suis soudain sentie détendue, car mon nouveau colocataire pour l’année suivante n’était pas un vrai loser. Sean s’est également présenté à Adam, et m’a lancé un regard prolongé en me disant au revoir et en me rappelant qu’il pouvait m’aider à m’entraîner.

Quant à Adam, il n’a pas mis longtemps à se mesurer à moi et m’appelait “petit copain” avant la fin de la journée. Je me suis retrouvé à le regarder du coin de l’œil après le départ de sa famille. Il avait de grandes mains pour sa taille, et un beau cul rond à bulles qui semblait toujours pointer dans ma direction. Il allait falloir que je m’habitue à le fixer. Je l’imaginais déjà nu, ce qui m’a surpris car je n’avais jamais vraiment regardé un de mes coéquipiers ou amis de cette façon. Steve m’avait lancé dans ce voyage, et maintenant il semblait que je ne pouvais pas m’arrêter de regarder les gars.

Adam et moi sommes allés partout cette semaine-là ensemble, devenant rapidement des amis. Nous avons rencontré tous les autres membres de notre équipe qui étaient en première année, et je me suis sentie détendue et à l’aise lorsque nous nous sommes couchés le premier soir. Au début, j’étais timide quand je me suis déshabillée pour aller au lit, me demandant comment mon corps se comparerait à celui d’Adam. Je me suis retrouvée à me diriger vers la salle de bain commune et à me glisser dans un bas de pyjama et un batteur de femme avant de rentrer. J’étais contente de le faire parce qu’à mon retour, Adam se promenait en caleçon.

Il était assez musclé, mais pas trop défini. Il avait un beau haut de corps lisse et maigre, avec le début d’une belle série de pectoraux et de biceps apparents. Son ventre était complètement plat, bien que ses abdominaux ne soient pas définis comme ceux de Steve ou Rick. Mais je me suis retrouvé à le fixer, et je pouvais sentir ma bite bouger. Ses jambes étaient légèrement poilues et semblaient pouvoir devenir charnues. Et ce cul….

L’année allait être longue.

Adam ne m’a rien dit, ce qui m’a fait me sentir encore mieux. Il s’est avéré qu’il était tout aussi timide mais qu’il se sentait assez détendu autour de moi.

Cette première semaine a été assez chargée avec toutes les activités de la Frosh Week et toute l’orientation que j’ai dû faire. Nous avons commencé à boire beaucoup, et je me suis gardé relativement sobre au cas où je perdrais le contrôle avec tous ces types autour de moi. Ce qui est drôle, c’est que la plupart des filles de notre étage semblaient graviter autour de nous deux. Je me suis retrouvée à les regarder autant que je regardais les gars.

Après un mois d’école, et des saccades sous la douche, j’ai ressenti le premier pincement du désir alors que j’étudiais dans la salle commune pour mon premier examen de mi-session qui approchait. La salle commune était une pièce plus grande, juste de l’autre côté de ma chambre. Adam avait deux personnes dans la pièce qui traînaient ensemble, alors j’ai pris quelques livres et je suis allée à côté dans la salle commune vide. Il était tard, il se rapprochait de minuit, et le sol était plus calme. Adam avait chassé tout le monde de notre chambre et s’était mis au lit. Les mouvements se sont arrêtés sur le sol et la seule porte qui s’est ouverte à ce moment-là était celle de Sean, de l’autre côté du couloir. Sa porte se trouvait en quelque sorte entre ma chambre et la salle commune, et de l’endroit où j’étais assise dans la salle commune, je pouvais voir dans sa chambre.

Sean était sorti de sa chambre et s’était glissé dans le couloir dans la direction opposée pour se diriger vers la salle de bain que j’avais supposée. Je ne l’avais pas vu partir, mais j’ai vu la porte ouverte et la pièce vide éclairée uniquement par la lampe de son bureau. Il était probablement en train d’étudier lui aussi.

Lorsqu’il est revenu, il est entré dans la zone commune et s’est arrêté brusquement, surpris par ma présence.

“Merde mon frère, je ne savais pas que tu étais là.” Il a dit doucement. Il était torse nu, ne portant que le même short de sport bleu que la première fois que je l’ai rencontré. Et il m’a coupé le souffle.

Ses pectoraux étaient durs et fermes, pas énormes mais solides. Il y avait une petite quantité de poils foncés sur le torse, légèrement éparpillés sur la partie inférieure de ses pectoraux et entre eux. Il avait un pack de six, et cette même quantité de poils foncés éclaboussait une petite tache juste sous son nombril plat et disparaissait le long de la ligne de ses abdominaux dans son short. C’était un athlète très costaud.

“Pas de soucis.” J’ai dit, en essayant de me concentrer sur mes notes. Il s’est déplacé pour ouvrir l’eau dans l’évier et a sorti une tasse des placards du dessus que nous avions tous rangés là-dedans. Alors qu’il remplissait son verre, j’ai remarqué ses jambes et ses pieds nus. Il était tout aussi solide en bas, avec la même poussière de cheveux noirs recouvrant légèrement ses jambes épaisses.

“Vous étudiez dur ?” demanda-t-il en riant.

“C’est généralement comme ça que j’étudie.” Je lui ai répondu en marmonnant, lui donnant un sourire de flirt sans le savoir.

Il y eut un silence gênant alors qu’il interprétait mon commentaire. Je l’ai regardé, me souriant alors qu’il prenait une gorgée de son verre. Il a hésité un peu, puis a annoncé : “Je serai debout pendant un moment si tu as besoin d’une pause.” En passant à côté de moi, il m’a tapoté les épaules de manière amicale. Sa main était bien sur moi, et la connexion instantanée a fait jaillir des étincelles.

Je l’ai regardé partir, son cul dur me criant dessus alors qu’il se dirigeait vers sa chambre. J’ai remarqué qu’il est allé fermer la porte, mais s’est ensuite retourné pour me voir le regarder, puis l’a poussée. Il s’est dirigé vers le lit que je pouvais voir dans sa chambre, et il s’est assis dessus, prenant un manuel et se tournant sur le côté du lit, croisant ses pieds au niveau des chevilles. Son profil était si chaud qu’il a posé le livre juste au-dessus de son short, ses bras paraissant gros lorsqu’il tenait le livre là.

Et quand il s’est retourné pour me regarder et m’a surpris en train de le fixer, il m’a souri.

Je me suis secouée de mes pensées lascives et j’ai jeté un coup d’œil à mes notes, pour ensuite continuer à regarder en arrière et le voir assis dans son short à moitié nu sur son lit avec sa porte ouverte. Il me regardait autant que je le regardais, chaque fois que je faisais semblant de ne pas le fixer. Lui aussi a fait semblant de saisir des objets, mais quelque chose me disait qu’il regardait tout autant. Comme s’il m’invitait à venir.

Environ une demi-heure plus tard, il est sorti du lit et a commencé à bouger. Bien sûr, je l’ai surveillé, remarquant la façon dont ses pectoraux bougeaient, ses pieds, son cul parfaitement dur qui se penchait pour m’attirer. Je croyais vraiment qu’il me séduisait, mais en même temps, je pensais qu’il était trop beau et trop masculin pour être attiré par un jeune homme comme moi.

Alors, quand il est venu à la porte de sa chambre, et qu’il est resté là un moment à me fixer, je me suis figée. Nos yeux se sont fermés et il est resté là, à me regarder, sa main sur la porte. Puis, d’un coup de tête, il l’a soulevée d’un coup sec, me faisant savoir qu’il voulait que je vienne.

Je lui ai souri en le regardant pour ne pas briser notre regard. Il a fait glisser sa main lentement le long de la porte, et l’a laissée tomber sur le bouton extérieur de la porte, où il a frotté la poignée lentement. Il s’est penché dans le couloir pour regarder des deux côtés, puis a levé les yeux vers moi et a fait un nouveau mouvement de la tête. Il est sorti de derrière la porte et a accroché ses pouces dans son short, et les a tirés un peu vers le bas, exposant le haut de ses poils pubiens taillés et la base de sa bite dure.

Je me suis levé en un instant et je me suis dirigé vers sa porte.

Il a fait un pas en arrière pour me laisser entrer. “Ferme la porte.” Il m’a dit doucement.

Je l’ai fait, en la laissant se fermer doucement derrière moi. Je pouvais voir sa bite dans son short, bombée vers la gauche.

“Je n’étais pas sûr pour toi, mais je pensais que tu pourrais… tu sais…” Il parlait tranquillement, se tenant juste de l’autre côté de la pièce, près de son lit.

“Ouais.” J’ai dit doucement. “Je sais.”

Il soupirait fortement. “J’ai une petite amie.”

J’ai hoché la tête, voyant la blonde aller et venir de temps en temps. J’ai haussé les épaules. “Et alors ?”

Il m’a souri et a fait un pas en avant. “Je ne fais pas ça souvent. Surtout avec des mecs par terre, mais je te trouve très sexy.”

Je me suis un peu étouffée. “Tu me trouves sexy ? Ha. Tu t’es regardée dans le miroir ?”

Il a souri un peu timidement, ce qui ne m’a fait qu’exciter davantage. Ce type était un vrai canon – jeune, sexy, bien bâti. Et il me voulait moi ? J’étais habitué à ce que les hommes me possèdent ou qu’ils veuillent que je sois leur garçon. Mais il y avait un type qui avait presque mon âge. Il me drague. Il espérait que je vienne.

Je me suis approché, et j’ai senti son parfum, viril, masculin, mais frais et nouveau pour moi. J’ai respiré lentement en m’approchant de lui, ayant presque peur de le toucher. Je tremblais un peu, et je pense qu’il tremblait aussi.

“As-tu été avec beaucoup de mecs ?” Il m’a demandé si doucement que j’ai failli ne pas l’entendre.

J’ai encore haussé les épaules. “Pas trop. Quelques-uns. Et toi ?”

Il a haussé les épaules. “Pas trop. Quelques-uns.” Il a avalé fort, et je le voyais penser aussi fort que moi. Qu’est-ce qu’il aime ?

Je me suis léché les lèvres, ce qui lui a fait faire la même chose, puis ma main s’est approchée de son short et a senti le contour de sa dure bite. Il a haleté et s’est secoué un peu, mais il ne s’est pas éloigné. Il a lâché un doux “Fuck” quand j’ai commencé à le serrer, sentant l’ample érection sous son short.

Il m’a rapproché en posant ses mains douces sur ma taille. Nous étions maintenant à quelques centimètres l’un de l’autre. Je pouvais sentir son souffle sur mon visage. Il mesurait environ un demi-pied de plus que moi, mais il me semblait tellement plus grand.

Ses mains se sont légèrement déplacées vers le haut de mon dos, me faisant frissonner lorsque la chair de poule est apparue au-dessus de moi. Sa tête s’est penchée et je l’ai regardé en l’air. Putain, il était chaud, il me regardait. Je me demandais s’il aimait embrasser. Je me suis encore léché les lèvres et j’ai avalé fort maintenant, sans savoir ce que j’allais faire ensuite. Je voulais faire attention, alors je ne lui ai pas fait peur. La pièce s’est soudain sentie très calme.

Et puis il s’est penché et m’a embrassé. Un doux baiser sur les lèvres au début, qui semblait nous surprendre tous les deux. Puis il m’a regardé avec ces grands yeux marrons. “Est-ce que ça va ?”

J’ai hoché la tête et j’ai emménagé pour en avoir un meilleur. J’ai trouvé ma langue qui glissait dans sa bouche, et il m’a accueillie. Ces grandes mains douces remontent jusqu’à mon cou et il m’a tiré davantage dans sa bouche, tenant ma tête dans ses mains lorsque nous avons commencé à nous embrasser. Le seul bruit de nos lèvres qui claquaient a rempli la pièce. Plus nous nous embrassions, plus la bite me manquait, et ma main s’est retrouvée dans son short et à la chaleur de sa bite.

Il a haleté alors que mes doigts s’enroulaient autour de sa viande et la tiraient hors de son short. Pour un homme aussi jeune, il était tout en homme, épais et charnu, avec un buisson sombre taillé à la base. J’ai commencé à le secouer lentement alors que nous continuions à nous embrasser, laissant son short tomber sur ses pieds nus.

Et quand j’ai reculé et que je me suis agenouillé devant lui, je l’ai entendu gémir “Dieu oui” en ouvrant la bouche et en le prenant dans mes bras.

Il m’a attrapé les cheveux alors que j’avalais sa bite jusqu’en bas. C’était proche de ma taille, du moins cela me semblait assez similaire. J’ai pris ses grosses couilles rondes et je suis allé travailler.

Ses jambes tremblaient lorsque j’ai sucé sa bite coupée, à moitié penché sur moi alors que la sensation d’une bouche chaude l’engloutissait. Il s’efforçait de se taire, laissant échapper des commentaires doux de “merde sainte” et de “putain de oui” tout le temps.

Finalement, il m’a repoussé. “Arrête ou je vais jouir.” Il est sorti de son short et s’est mis complètement nu devant moi. Je voulais explorer ce jeune étalon, mais il s’est approché de moi avec sa bouche dans une nouvelle frénésie. Nous nous sommes embrassés jusqu’à ce que je me heurte au mur. Accroché contre lui, ses mains se sont mises à tourner autour de mon entrejambe, tirant mes sueurs vers le bas et libérant ma propre bite.

Je l’ai entendu dire “Putain de merde” en regardant mes 20 cm de viande rasée coupée. Il l’a tenu à la base et l’a provisoirement enfoncé dans sa bouche. Il a gémi quand il a commencé à me sucer, presque comme s’il essayait pour la première fois. Il n’était pas expert comme certains des hommes que j’ai eu à attaquer ma bite, mais il me faisait gémir.

Il n’a pas passé trop de temps sur ma bite, mais il m’a embrassé et m’a enfoncé son entrejambe contre la porte. Quand mes mains ont saisi son cul lisse et dur, et que j’ai commencé à ouvrir mes jambes, j’ai su ce qu’il me fallait faire ensuite.

“Baise-moi”. Je me suis entendue gémir dans sa bouche quand il a commencé à m’embrasser avec passion.

Il n’a fait que grogner en réponse et m’a arraché du mur pour me jeter sur le lit. D’un seul mouvement, il s’est dirigé vers moi, s’est penché pour attraper un préservatif du tiroir à côté de son lit avec une petite bouteille de lubrifiant et a fini par s’agenouiller au-dessus de moi, déchirant le paquet de préservatifs avec ses dents. Il me regardait fixement en gainant sa bite et en y versant un peu de lubrifiant, la caressant et se déplaçant entre mes jambes alors que j’étais allongée sur le dos.

“T’as déjà été baisé ?” Il a gémi quand sa bite a trouvé mon ouverture et il a poussé une jambe sur son épaule.

J’ai fait un signe de tête, en me tenant à ses cuisses pendant qu’il pressait sa bite enveloppée dans mon trou. J’ai levé un peu mon cul pour faciliter l’accès et le bout de sa bite s’est glissé à l’intérieur, me faisant haleter et agripper ses jambes. Il s’est tenu immobile pendant un moment, me regardant avec son regard de satisfaction de fraterniste sexy. “Putain, c’est serré.” Il a gémi. J’ai senti sa bite se balancer en moi, puis il a attrapé ma cheville et a avancé ses hanches.

Il a glissé le reste de sa bite directement en moi, me faisant voûter et gémir encore plus alors que la sensation familière d’une grosse bite entrant en moi prenait de nouveau le dessus. Je lui ai dit “oui” à voix haute et j’ai enroulé une jambe pliée autour de sa taille pendant qu’il tenait mon autre jambe droite en l’air et commençait à me baiser fort sur son lit à une place.

Il avait l’air si sexy que ce jeune étalon droit m’a frappé. Un léger sourire s’est emparé de lui alors qu’il me regardait sous lui, puis il s’est penché et a retrouvé ma bouche, ses hanches martelant maintenant plus profondément et plus fort en moi.

“C’est comme si je baisais ma copine.” Il respirait fortement en moi, regardant mes yeux alors que sa bouche s’ouvrait sur la mienne. “Sauf qu’elle était beaucoup plus serrée.”

J’ai attrapé son jeune cul ferme et je l’ai attiré en moi, le faisant enrouler ses bras autour de moi et me serrer fort pendant qu’il me perçait. C’était bien un étalon, qui me bottait le cul dans cette position de missionnaire.

Il se sentait bien, sa queue avait la taille parfaite pour ce genre de battements, ses jeunes muscles étaient durs et lisses sous sa peau douce. Et il embrassait comme un pro pour un jeune de 21 ans. Il m’a baisé comme s’il ne pouvait pas entrer en moi assez, ou assez fort. Il voulait prouver qu’il était un étalon. Et il l’était.

Il m’a attrapé la cheville en s’asseyant et a sorti sa bite en gémissant bruyamment. Il a enlevé le préservatif et l’a jeté sur le côté, en attrapant sa propre bite et en la secouant fort sur ma propre bite. “Le voilà, mon pote.”

Je l’ai regardé se branler sur moi, et j’ai attrapé ma propre bite pour commencer à le caresser. Sa prise s’est resserrée autour de ma cheville et il s’est penché plus près de moi et a dirigé sa bite vers la mienne. “Oh putain ouais.” Il a gémi et a commencé à me tirer dessus avec sa grosse charge blanche.

Il a atterri sur ma bite, mes abdominaux, ma poitrine, mon bras, ma jambe. Ce mec pouvait jouir ! Je l’ai regardé avoir des spasmes, des conneries, pousser en avant à chaque explosion. Lorsque la première boule a atterri sur ma bite, je l’ai enfoncée dans la mienne et j’ai lubrifié ma propre bite avec sa graine et je me suis secoué jusqu’à une conclusion satisfaisante, mon propre sperme se mettant à jaillir et à m’envahir, se mêlant au sien.

“Putain de merde !” Il a crié, se penchant sur moi et m’a attrapé la tête pour m’embrasser alors que je continuais à expulser du sperme. Il m’a embrassé comme s’il était en feu, et nos corps nus se sont reliés, en barbouillant ensemble nos torses trempés de sperme.

Aussi vite qu’il m’a embrassé, il a sauté de moi et s’est dirigé vers son armoire pour prendre une serviette et a commencé à essuyer ce corps de sportif dur, me regardant tout le temps, avant de me le lancer. Je l’ai attrapé et je me suis essuyé, assis sur le bord de son lit, avec l’impression que mon cul venait de recevoir un solide coup de poing. Il s’est assis à côté de moi et a passé son bras par-dessus mon épaule.

“C’était chaud, mon frère. Tu t’es senti incroyable.” Il m’a secoué comme un frère, et a souri. “J’adorerais jouir dans ton cul un jour, si tu me laissais faire.”

J’ai haussé les épaules innocemment. “Bien sûr.”

Il a souri et m’a giflé dans le dos. “Mais personne n’est au courant de ça, d’accord ? Tu es cool ?”

J’ai fait un signe de tête. “Ouais, c’est sûr. Personne ne sait pour moi non plus, donc ….”

Il s’est retiré et m’a fixé pendant une minute. Je l’ai trouvé extrêmement attirant à ce moment précis, assis nu à côté de moi, tout décontracté, mais l’intensité avec laquelle il me regardait m’a fait reprendre mon souffle. C’était un mec sexy.

“Peut-être qu’on pourrait en faire un truc régulier ?” me dit-il timidement.

J’ai souri à son beau visage de jeune homme. “J’aimerais bien ça, en fait. J’aurais bien besoin d’un bon copain de baise.”

Il a jeté un coup d’oeil sur mon corps. “Je vais être ton copain d’entraînement. On va te faire déchirer.” Il m’a tapoté la cuisse et s’est levé. Je n’ai pas pu m’empêcher de fixer son cul dur et guilleret alors qu’il se déplaçait vers son short sur le sol. Il a enfoncé son pied large et viril dans le short et l’a remonté. Il a ramassé mes vêtements et me les a jetés. “Maintenant, sors d’ici avant que je ne veuille te baiser à nouveau. Parce que tu sais que je pourrais.” Il m’a fait un clin d’oeil alors que je mettais mes vêtements et me dirigeais vers la porte.

Il l’a ouverte lentement et a regardé dans le couloir. Voyant que la voie était libre, il a simplement laissé la porte ouverte et s’est dirigé vers son lit pour s’asseoir et réparer les draps. Je me suis tenue à la porte et je l’ai regardé. Il a juste levé la main et a fait un signe de la main.

Son sourire m’a fait évanouir. Mais je n’étais pas habituée à ce froid adieu. Je voulais l’embrasser à nouveau, je voulais le sentir encore pressé contre moi. Je voulais l’entendre dire qu’il avait hâte de me revoir.

Mais au moins, j’avais un colocataire avec des avantages. Quelqu’un. Pour l’instant.

Ma première année à l’université Préférence de gay :
Endroit de préférence pour le sexe :