-Hé, M. Procter-Millard, que faites-vous ? Vous vous branlez ?

-Désolé, Kyle, je pensais que tu ne me voyais pas et je n’ai pas pu m’en empêcher. Je passe la plupart de la journée à me branler et tu es un garçon tellement sexy que je devais le faire.

Kyle était alors torse nu et la tête sous le lit et je pensais qu’il ne pouvait pas me voir. Dans la position où il était, je pouvais apercevoir une partie de sa fente et cette vision m’avait tellement excitée que j’ai dû sortir ma bite et me masturber en regardant Kyle.

Je suis Horace Procter-Millard et à 30 ans, je peux dire que je suis riche. Mais personne ne m’avait rien donné. Je veux dire que je viens d’une famille pauvre mais je suis fier de dire que je suis un self-made man. Quand j’ai finalement abandonné mes études, j’ai commencé à travailler comme serveur dans un club de golf. Mais peu après, des hommes riches ont commencé à avoir besoin de moi comme caddie. Et mes avis à ces hommes riches m’ont donné la réputation d’un homme avec beaucoup de bon sens qui a contribué à améliorer tout sur les terrains de golf et peu après, mes conseils sur tout sont devenus essentiels, car j’ai bientôt commencé à jouer au golf aussi et je savais bien comment tout améliorer et pour faire court, j’ai été élevé et maintenant je suis l’un des directeurs du club de golf.

Jusqu’à présent, je vivais dans un modeste appartement en ville, mais maintenant, avec mon nouveau poste et la richesse qui s’ensuit, j’avais besoin d’une nouvelle maison. Et comme je n’avais pas de voisins, j’avais acheté une maison florissante, grande mais ancienne, qui avait besoin de beaucoup de réparations. C’était une belle maison à deux étages et tout devait d’abord être réparé. Mais la chose la plus urgente dont la maison avait besoin, c’était les toilettes. J’avais besoin d’un plombier parce qu’elles étaient bouchées. Et aussi une des chambres du premier étage que j’avais choisie pour être ma chambre avait des fuites de toit. Si elles n’étaient pas réparées rapidement, je pourrais me mouiller au moment de me coucher, bien que maintenant, c’était un été torride et que la pluie serait très peu probable. En outre, il y avait d’autres chambres dans la maison.

La première chose que j’ai faite quand j’ai acheté la maison a été de téléphoner à une entreprise de plomberie et ils m’ont mis en contact avec Kyle Pennet. Il est rentré à la maison à minuit ce jour-là. Il ne pouvait rester que quelques heures chez moi car il avait d’autres affaires à régler ce jour-là, pour lesquelles il avait été appelé. Les autres jours, il pouvait rester plus longtemps. Quand je lui ai demandé, il m’a dit qu’il avait 25 ans. Et quel garçon sexy il était ! Il était rasé de près mais plus mignon que beaucoup de garçons que j’avais jamais vus. Son corps était parfait pour son âge et à cause de la journée torride, il a vite enlevé son T-shirt. J’adorais regarder sa poitrine nue quand je lui faisais visiter la maison. J’ai été surpris lorsqu’il m’a dit qu’il pouvait réparer tout ce que je lui avais dit qui avait besoin d’être réparé et tout ce que j’avais mentionné, il m’a dit qu’il pouvait le faire. Il pouvait passer au moins deux semaines chez moi, mais il pouvait tout réparer, donc je n’avais pas besoin d’appeler un charpentier, un peintre, etc. J’ai d’abord convenu avec lui de ce que j’allais le payer et pour quoi. Il était évident pour moi que Kyle était un homme à tout faire, sans aucune signification péjorative dans son cas. En fait, avec lui, je serais surpris s’il y avait quelque chose qu’il ne pouvait pas faire. J’ai même eu un piano à queue qui est venu avec la maison quand je l’ai acheté. Je ne pouvais pas jouer du piano, mais dès qu’il l’a vu, il m’a dit qu’il pouvait aussi en jouer, et qu’il le réparerait. Je lui ai dit en passant que j’avais maintenant un problème avec ma voiture et il m’a proposé de le voir d’abord. Il était également mécanicien et il voulait la voir et la réparer.

Nous sommes allés dans le grand jardin, où je voulais aussi planter des orangers et, bien sûr, il m’a dit qu’il le ferait aussi. C’est alors que je lui ai montré ma voiture et à ce moment-là, il avait enlevé son T-shirt. En effet, la journée était insupportablement chaude. Il avait d’abord changé une roue, puis il a regardé le moteur et a vite repéré ce qui n’allait pas. Le problème se situait au niveau d’une des mâchoires de frein. Il n’a pas tardé à le réparer, mais il avait tellement chaud qu’il a travaillé dessus, torse nu et de plus en plus gras.

-Il serait vraiment dangereux de conduire avec un frein défectueux, M. Procter-Millard.

-Tu as raison Kyle. Dieu merci, tu l’as remarqué et tu répares le frein maintenant.

J’étais tout le temps en train de le regarder et je ne savais pas s’il m’avait vu. Quand il a eu fini, il m’a dit qu’il ne pouvait pas rester longtemps dans ma maison et que la première chose qu’il devrait faire était peut-être d’améliorer le lit dans la chambre que j’avais choisie, alors nous sommes montés les escaliers, il a continué sans chemise, jusqu’à cette chambre, et bientôt il était la tête sous le lit et allait réparer un pied de lit bancal. Il avait déjà apporté les outils dont il aurait besoin pour ses travaux de menuiserie. Il avait un maillet et il a passé un bon moment à marteler le pied de lit. Il a utilisé de la colle sur le pied de lit. Il m’a dit qu’il balayerait le rasage plus tard. C’est alors qu’il a pris sa tête sous le lit et m’a vu me branler sur la vision de sa poitrine nue et sur le peu que j’avais entrevu de son cul quand il était à genoux, son corps chaud plié sous le lit.

-Eh bien, M. Procter-Millard. C’est une situation bizarre et je ne sais pas quoi dire. Vous êtes gay, n’est-ce pas ?

-Je suis gay, Kyle, oh merde, je comprendrai si tu arrêtes de venir maintenant après ce que tu m’as vu faire. Je m’excuse.

-Si tu aimes les garçons et que tu passes la journée à te branler comme tu me le dis, je peux comprendre que tu as fait ce que tu as fait et je ne suis pas en colère. Je vais continuer à venir, j’ai besoin de l’argent que vous allez me payer. Et qui plus est. Si vous aimez vous masturber en me regardant, vous pouvez continuer, mais ce sera à deux conditions que je vous le dirai plus tard. C’est drôle de travailler dans une maison où le propriétaire se branle en vous regardant. C’est même flatteur. Je ne sais pas si une fille s’est déjà masturbée en pensant à moi, mais aucune ne l’a jamais fait avant moi. Je ne sais pas si je suis sexy.

-Tu es sexy comme l’enfer, Kyle. Puisque tu ne sembles pas être en colère contre ce que je faisais, laisse-moi te le dire. Je pense que tu dois encore découvrir à quel point tu es sexy. Ok, je vais continuer à me masturber puisque tu me le permets. Je n’ai pas encore tiré sur ma charge. J’espère que tu n’es pas choqué quand tu me vois jouir. Quelles sont ces deux conditions que vous m’avez dites ?

-Je vais vous le dire en regardant votre table de chevet maintenant. Un des tiroirs ne peut pas être facilement ouvert et fermé.

Il a commencé maintenant avec ma table de nuit. Je ne faisais pas attention à ce qu’il faisait, mes yeux rivés sur sa poitrine nue, et moi avec la main sur ma bite tout le temps, attendant qu’il me dise quelles étaient ses conditions.

-Et bien d’abord, M. Procter-Millard, rappelez-vous que vous m’avez déjà dit ce que vous alliez me payer et pourquoi. Je ne veux pas gagner un centime de plus pour vous permettre de vous branler en me regardant. Je ne suis qu’une travailleuse qui a le béguin pour vous et comme je l’ai déjà dit, cette situation peut être en quelque sorte drôle pour moi, mais je ne suis pas une salope. Si vous comprenez d’abord cette condition et l’acceptez, je vais vous dire maintenant l’autre condition.

-Je suis d’accord, Kyle. Je ne te paierai pas un centime de plus. Quelle est l’autre condition ?

-J’aimerais savoir quel est votre nom de baptême, Monsieur.

-C’est Horace.

-Je voudrais que tu me permettes de t’appeler Horace et je me demande si je pourrais aspirer à être ton ami. Ainsi, il me sera facile de te voir te branler constamment sur moi. Et crois-moi, tu peux me suivre partout où je vais et le faire encore et encore.

-Bien sûr, tu peux m’appeler par mon nom, Kyle, fais-le maintenant.

-Horace, je pense que maintenant nous nous comprenons. J’espère que nous pourrons bientôt mieux nous connaître. Je veux être ton ami. Tu ne fais rien de mal.

-Kyle, veux-tu vraiment devenir l’ami d’un garçon pervers qui se masturbe en te regardant et dont le désir sincère est de passer toute la journée et chaque jour à le faire maintenant ?

-Je veux vraiment être ton ami, Horace. J’ai quelques amis, mais pas trop, et j’aimerais en avoir un nouveau. Et le fait que tu sois gay et que tu te masturbes en me regardant ne m’arrêtera pas.

-Tu veux bien prendre un café avec moi plus tard, Kyle ?

-Ce ne sera pas possible pour moi aujourd’hui, Horace, mais demain je pourrai le faire et mieux connaître mon nouvel ami. Serrons-nous d’abord la main, s’il te plaît.

On s’est serré la main. En effet, après ce premier jour, Kyle Pennet et moi avons commencé à être amis.

-La table de chevet ne tardera pas à être réparée. J’espère que vous jouirez avant que je finisse, car plus tard je vous quitterai pour aujourd’hui – il a souri en prononçant ces mots et j’ai continué ma masturbation.

Il a même commencé à vérifier les tiroirs de ma coiffeuse et je n’avais toujours pas joui. J’ai été surprise quand il m’a demandé.

-Horace, s’il te plaît, puisque tu le fais et que tu peux le voir, ça ne me dérange pas de te voir heureux -il a souri-, j’aimerais que tu me dises ce que tu vois en moi.

-Tu ne serais pas offensé si je te le disais, Kyle ?

Je ne le ferai pas, s’il te plaît, dis-le-moi.

-Pour commencer, tu es vraiment beau. Ce n’est pas souvent que je peux voir autant de beauté dans un visage, mais je passerais des heures à me masturber rien qu’en regardant ton visage.

-Merci, autre chose ?

-Tu es totalement sexy, Kyle ; tu as un corps qui ne veut pas lâcher mais je pense que tu manques encore de conviction sur ton propre sex-appeal. Et quelque chose de plus, eh bien, pense à moi maintenant, tout ce que tu veux, mais je vais te le dire.

-C’est ce que je veux. C’est ce que je veux. Dites-le-moi, s’il vous plaît.

-J’aime regarder la beauté des gouttes de sueur d’un garçon sexy qui coulent sur sa poitrine chaude. Vous sentez même un peu de sueur et oh, comme ça m’excite.

-Je n’ai pas une mauvaise opinion de toi pour avoir dit ça. Croyez-moi si je vous dis que vous pouvez toujours me dire ce que vous pensez.

-Je me demande si je peux vous demander quelque chose alors.

Dis-le-moi.

-Tu vas travailler dans cette maison pendant une quinzaine de jours. J’aimerais que tu ne sois pas lavé pendant tout ce temps. Un mec aussi sexy que toi qui transpire et sent la sueur tous les jours, ce serait génial.

-Et bien, si tu veux vraiment que je ne sois pas lavé pendant quinze jours, je le ferais, mais tu dois me dire, je veux dire, si mon odeur devient insupportable, je ferais mieux de me laver. Quelle expérience chaude -il m’a regardé avec un visage lumineux-. Venir travailler dans une maison où le propriétaire se branle constamment en vous regardant et en étant en plus en sueur et en odeur.

-Je vais donc te dire quelque chose de plus, puisque tu veux que je te le dise. Tu es mignon, tu es sexy, tu es en sueur, tu sens merveilleusement bon. Tout cela ne pourrait que me faire jouir si je ne te connaissais pas. Mais tu es plus sexy que tout ça une fois que je commence à te connaître. Tu es totalement ouverte d’esprit. Tu t’es retrouvée au milieu de ce qui aurait pu être une expérience horrible : regarder un garçon gay se branler en te regardant. Mais tu n’es pas choqué et tu me souris même tout le temps et tu veux devenir mon ami. Maintenant que j’ai dit tout ça, je jouis, Kyle, j’espère que ça ne te dérange pas.

Et j’ai tiré une énorme quantité de sperme car je brûlais pour le libérer. Il me regardait.

-Je devais te voir, alors après maintenant tu peux le faire aussi souvent que tu ne le feras pas et tu me verras toujours calme et souriant comme je le suis maintenant, Horace. J’ai terminé pour aujourd’hui. Je dois encore balayer le rasage, comme je te l’ai dit.

J’aurais pu le faire au moins, mais il voulait tout faire. J’avais apporté la poubelle dans la chambre et je l’ai certainement vu maintenant balayer et jeter le rasage. Puis il me l’a dit.

-Et maintenant, serrons-nous la main.

Je me suis approché de ma main gauche, celle qui n’avait pas été sur ma bite et nous nous sommes serré la main tous les deux.

-Parfait, Horace. Je veux juste te demander quelque chose pour demain. Tu vois ? Demain, je peux venir à neuf heures et bien sûr tu peux passer toute la matinée avec le plaisir que tu as découvert aujourd’hui. Et d’accord, je peux prendre un café avec vous pour mieux vous connaître. Je t’aime bien Horace et je veux sincèrement être un nouvel ami pour toi.

-Bien, mais qu’est-ce que tu veux me demander, Kyle ?

-La première chose que je ferai demain, car je pense que c’est la chose la plus urgente si tu veux dormir dans ta chambre…

-Mais j’ai quatre chambres, Kyle, et même deux salles de bain, donc rien n’est vraiment urgent -je vous ai interrompu.

-Je sais, mais je veux travailler sur ton toit dès demain matin. Bien sûr, tu peux te masturber autant que tu veux demain en me regardant, mais je te demande seulement de ne pas le faire car je suis sur le toit. Si je te vois te branler à ce moment-là, je pourrais être distrait et ne pas faire attention à ce que je fais ou quelque chose comme ça et je pourrais tomber du toit. C’est dangereux. Alors s’il te plaît, tu te branleras autant que tu veux plus tard, même pendant la pause café, même à ce moment-là, mais pas quand je suis sur le toit, s’il te plaît.

-Je te le promets, Kyle. Je suis si contente d’avoir rencontré aujourd’hui le plus sexy des garçons.

-Serrons-nous encore la main.

Et nous l’avons fait. Après ça, il est parti en me disant encore une fois avec le sourire qu’il reviendrait à neuf heures. Ce jour-là, bien sûr, je me suis masturbée à plusieurs reprises en pensant à ce garçon merveilleux et sexy, avec quelques doutes quant à son retour demain.

Le lendemain matin, j’étais vraiment anxieuse, je l’attendais et je ne savais pas s’il allait revenir. Mais à neuf heures cinq, il était là, il sonnait ma cloche et je l’ai bientôt laissé entrer.

-Matin, Horace, mon nouvel ami.

Mon voisin d’à côté me séduit et me vide les couilles Préférence de gay :
Endroit de préférence pour le sexe :